AIAIAI est un des nouveaux acteurs de l'audio qui mérite notre intérêt. Selon la légende, la marque aurait été fondée dans un club danois par des DJ et des ingénieurs. Aujourd'hui elle continue de s'illustrer grâce à ses très bons casques modulaires.

En 2015, AIAIAI frappait fort en proposant un casque modulaire proposant plus de 1 000 personnalisations possibles. Des tours de têtes en passant par les coussinets et les speakers, Aiaiai propose aux internautes de choisir chaque pièce de leur casque afin de définir, selon leurs propres sensibilités, le matériel audio parfait.

Et le succès a été au rendez-vous : apprécié par la presse et les consommateurs, Aiaiai s’est fait un nom dans une industrie peu prompte à accueillir des nouveaux venus. Il faut dire que les prix pratiqués et le concept avaient déjà tout pour plaire. Et les audiophiles au budget limité pouvaient ainsi choisir les compromis qu’ils souhaitaient faire plutôt que de se rabattre sur le moins mauvais casque qu’ils pouvaient trouver avec leur budget.

Aujourd’hui, pour relancer la hype autour de son TMA-2 (le fameux casque modulaire) la marque a décidé de rendre plus intuitif le choix des bons composants pour ses clients. Plutôt que de laisser les débutants devant un vertige de possibles (plus de 1 000 combinaisons sont possibles et certains choix peuvent paraître abscons pour l’utilisateur lambda), Aiaiai a décidé de tirer de nos données le meilleur afin de faire un casque sur mesure en fonction de nos goûts musicaux.

Spotify + Algorithme + data + Aiaiai = casque

Pour cela, la marque fait confiance au fameux algorithme de Spotify qui, pour ses utilisateurs, crée chaque semaine une playlist appelée Discover Weekly. Pour rappel, cette liste de lecture est générée en fonction des nouveautés mais surtout, en fonction des goûts musicaux que le service croit détecter dans notre consommation.

Or Aiaiai a eu la très bonne idée d’utiliser les données générées par l’algo pour tenter de dresser un profil type de vos écoutes. Grâce à son outil, une fois connecté à Spotify, la firme nous propose de parcourir les différentes informations extraites de nos playlists automatiques et ainsi de nous plonger dans la conception de notre casque.

Nous l’avons testé : l’outil de Aiaiai est en fait très bon pour générer une visualisation des différentes informations qu’il a récoltées sur Spotify. L’exploration est intéressante grâce à une bonne interface qui présente les données en trois temps. Premièrement, Aiaiai va essayer de quantifier la représentativité des genres musicaux que l’on préfère. De mon côté, on trouvera une petite majorité de rock, suivie par de la soul et de la house — n’utilisant pas quotidiennement Spotify, je trouve les résultats étonnamment pertinents.

Ensuite, l’explorateur s’attarde sur les Moods des morceaux que Spotify nous conseille. Ces derniers sont décrits par des adjectifs plutôt évocateurs : j’apprends ainsi que j’ai une prédominance « sensuel  » dans mes moods musicaux, suivie de très près par la peur et la tristesse. Je ne suis pas tout à fait sûr de l’utilité de ce diagnostique, mais soit.

Enfin, l’interface s’intéresse aux tempos que je suis censé écouter le plus. Selon Spotify, mes écoutes s’étalent sur un spectre qui commence à 40 BPM et qui monte, plus rarement, jusqu’à 176 BPM. Je n’ai donc pas particulièrement besoin d’un casque obsédé par la vitesse, ni concentré sur les rythmes très rapides. Enfin, la majorité de mes écoutes devraient être contenues entre 100 et 120 BPM, ce qui est généralement juste.

Mais maintenant que nous en savons autant, en quoi cela peut-il nous aider à concevoir un casque qui va très précisément être adapté à nos besoins ? Tout simplement parce qu’ainsi, Aiaiai pense pouvoir connaître à la fois un peu des conditions dans lesquelles le casque sera utilisé mais également sur quelle musique il devra être le plus fidèle.

« Mon » casque

Afin de terminer l’expérience, j’observe donc le casque que me propose la marque. Il s’agit du S03-H02-E02-C01. Ce n’est pas exactement le choix que j’aurais fait mais la sensation d’avoir un sur mesure est là. Pour 200 €, je trouve un casque plutôt polyvalent, relativement discret, et qui insiste sur un son chaud et des basses fréquences bien représentées avec une scène sonore centrale et une bonne isolation.

Ce n’est pas précisément la configuration que j’aurais achetée, étant particulièrement exigeant sur les médiums et hautes fréquences. Mais c’est une sensibilité très personnelle qui s’est développée en fonction des coups de cœur que j’ai pu avoir sur du matériel audio et non un choix tout à fait objectif. Et je pense même pouvoir dire que le modèle que me propose Aiaiai me conviendrait sans problème.

En somme, si l’idée est d’abord intéressante et l’exécution plutôt avisée, on ne parle pas vraiment d’un outil pour audiophile confirmé qui de toutes manières n’en a pas besoin. Toutefois, pour n’importe quel débutant ou enthousiaste qui souhaite s’impliquer et comprendre les défis derrière le choix d’un bon casque et ne pas seulement acheter un affreux Beats, l’expérience développée par Aiaiai est très conseillée.

Quitte à ne pas forcément repartir avec le casque proposé, ce petit site est aussi ludique qu’éducatif.

Partager sur les réseaux sociaux