Les responsables de Twitter travaillent d'arrache-pied à la lutte contre le harcèlement sur le réseau social. Le vice-président à l'ingénierie promet aux utilisateurs un déploiement de nombreuses fonctionnalités cette semaine pour rendre le réseau social plus convivial.

Ed Ho, le vice-président à l’ingénierie de Twitter, a utilisé aujourd’hui son propre compte sur le réseau social pour prévenir les utilisateurs que de nombreuses fonctionnalités viendront s’y ajouter « cette semaine » afin de mieux empêcher les cas de cyber-harcèlements.

Ce fléau occupe depuis plusieurs mois l’essentiel des activités de l’équipe de Twitter et a même gâché certaines négociations de vente, notamment avec Disney. De fait, pour le futur de l’entreprise, les dirigeants sont particulièrement attendus sur le sujet. Il n’est donc guère surprenant de voir que pour Ed Ho, comme pour Jack Dorsey, le CEO, la question est prioritaire.

Ed Ho explique ainsi : « Nous écouterons, apprendrons et continuerons de nous améliorer jusqu’à que nous ayons un impact significatif que les gens pourront ressentir [sur Twitter]. Cette semaine, nous allons nous attaquer à des réglages trop longtemps restés en suspens pour bloquer/masquer et stopper la création de comptes pour les harceleurs récidivistes.  »

Cette annonce a été confirmée par Jack Dorsey, qui a ajouté que le réseau social adopterait également en parallèle une démarche plus transparente, grâce à un dialogue avec les utilisateurs que le CEO promet plus ouvert et permanent pour chacune des étapes de ces futurs changements. Twitter a en effet connu quelques soucis de communication remarqués.

Ho conclut lui même que ces fonctionnalités répondent naturellement aux demandes faites par de nombreux utilisateurs de voir le réseau sévir contre le cyber-harcèlement. Il avoue que Twitter n’a pas pris en compte suffisamment rapidement ce problème et qu’il s’agit désormais de rattraper le retard accumulé.

Pour rappel, malgré des changements concernant son code de conduite, ainsi que des bannissements éparses, Twitter n’a engagé que de mineures réformes de son application pour contrer ce phénomène.

Partager sur les réseaux sociaux