On ne peut plus dire n'importe quoi sur Twitter, même aux États-Unis. Comme d'autres géants du Web, le réseau social s'éloigne progressivement de la vision libérale américaine sur la liberté d'expression, pour adopter une vision plus européenne, qui ne tolère pas les abus discriminatoires. Exemple avec la suspension du compte du provocateur Milo Yiannopoulos.

On a beaucoup dit que la domination des entreprises américaines sur le Web allait universaliser la vision qu’ont les États-Unis des droits fondamentaux et en particulier de la liberté d’expression. Les entreprises comme Google, Facebook ou YouTube sont toutes issues d’une culture libertaire biberonnée au premier amendement, qui autorise de dire à peu près tout pourvu qu’il n’y ait pas d’appel explicite à la violence.

Longtemps, ces géants du Web qui offrent une plateforme pour s’exprimer ont effectivement appliqué le droit à l’américaine lorsqu’elles devaient arbitrer entre censure ou liberté d’expression. Comme le racontait le professeur Jeffrey Rosen dans un article publié en 2012 dans le Fordham Law Review (.pdf), lors du rachat de YouTube et dans les années qui ont suivi, Google avait choisi de s’aligner au plus près de la jurisprudence de la Cour Suprême des Etats-Unis.

Il semble que le Web adopte progressivement la vision européenne de la liberté d’expression

Dans son arrêt Brandenburg v. Ohio de 1969 prononcé un an après l’assassinat de Martin Luther King, la haute juridiction s’était appuyée sur la constitution américaine pour affirmer un niveau très élevé de protection de la liberté d’expression, allant jusqu’à autoriser un membre du Ku Klux Klan à tenir des propos haineux contre les Noirs américains. Pour la Cour, seule la provocation directe à commettre des violences peut justifier d’entraver la liberté d’expression. Cet arrêt, éminemment choquant du point de vue européen, reste toujours le socle de la jurisprudence américaine.

En Europe en revanche, comme à peu près partout ailleurs dans le monde, la liberté d’expression est vue comme un droit beaucoup moins absolu. Des impératifs d’ordre public et de morale font qu’il n’est pas acceptable en Europe de prononcer des paroles racistes, homophobes, antisémites, ou outrageusement sexistes. C’est d’ailleurs au nom des droits fondamentaux que le commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe avait recommandé à la France d’intensifier la censure de propos insoutenables.

Twitter clôt le compte d’un provocateur raciste et misogyne

Mais contrairement aux craintes d’universalisme américain que pouvaient avoir les Européens, il semble que le Web adopte progressivement la vision européenne de la liberté d’expression. Nous l’avions déjà noté lorsque Google a commencé à accepter de censurer des vidéos de propagande djihadiste l’an dernier, et Twitter nous en offre un nouvel exemple.

 

Au risque de provoquer la colère d’utilisateurs américains qui restent des maximalistes de la liberté d’expression, le service a décidé de suspendre définitivement le compte de Milo Yiannopoulos, un éditorialiste conservateur britannique, entrepreneur, connu pour ses provocations haineuses, contre les femmes, l’islam, et la communauté afro-américaine du mouvement Black Lives Matter. Récemment, l’homme qui édite le site pro-Trump Breitbart.com a participé à la détestable campagne de harcèlement contre l’actrice américaine Leslie Jones, qui joue dans le nouveau Ghostbusters.

Même si Yiannopoulos n’a rien dit d’illégal au sens du droit américain, Twitter a décidé d’appliquer ses propres règles de vie en communauté, et de l’exclure. «  Les gens devraient être libres d’exprimer des opinions et des croyances diverses sur Twitter. Mais personne ne mérite d’être le sujet d’abus en ligne, et nos règles interdisent d’inciter ou de s’engager dans un abus ciblé ou le harcèlement de tiers », explique l’entreprise. Officiellement, ce n’est donc pas le côté raciste ou misogyne des tweets qui a justifié l’exclusion, mais la participation à une entreprise collective de harcèlement.

Yiannopoulus
Milo Yiannopoulos

Twitter précise toutefois qu’elle «  révise actuellement [sa] politique sur les conduites haineuses pour interdire davantage de types de comportements abusifs et permettre davantage de types de notifications, dans l’objectif de réduire le fardeau de la personne ciblée ».

Yiannopoulos, lui, a réagi une nouvelle fois par la provocation. « Avec la suppression lâche de mon compte, Twitter confirme qu’il est un espace sûr pour les terroristes musulmans et les extrémistes de Black Lives Matter, mais une zone interdite pour les conservateurs », a-t-il publié sur Breitbart.com. « C’est la fin pour Twitter. Tous ceux qui tiennent à la liberté d’expression ont reçu un message clair : vous n’êtes pas le bienvenu sur Twitter ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés