L'entreprise japonaise Vaqso VR développe un appareil doté de cartouches olfactives à greffer aux casques de réalité virtuelle. L'objectif : renforcer l'immersion des joueurs dans différents genres d'univers fictifs grâce à une variété d'odeurs.

Imaginez : au terme d’un long parcours à cheval dans un jeu vidéo en réalité virtuelle (VR), vous arrivez au bord de l’océan. Alors que vous admirez le paysage, l’air marin vous emplit soudainement les narines, renforçant votre immersion dans ce monde fictif plus vrai que nature. C’est ce genre d’expérience que la société japonaise Vaqso VR compte proposer aux joueurs d’ici la fin de l’année avec ses cartouches olfactives pour casques de réalité virtuelle.

Le dispositif, dont la forme allongée rappelle une petite enceinte audio, s’attache simplement sous les différents casques de réalité virtuelle (PS VR, Vive, Oculus) à proximité du nez de l’utilisateur, grâce à un système magnétique, sa connectivité au jeu étant assurée par Bluetooth  (avec une autonomie de 2 heures).  Kentaro Kawaguchi, patron de Vaqso VR, mise ainsi sur la polyvalence de son appareil, capable de s’adapter aux différents environnements explorés par les joueurs pour diffuser une odeur adaptée grâce à son mini-ventilateur une fois qu’il a reçu le signal correspondant.

Vaqso VR

De l’odeur de poudre des armes en pleine fusillade de FPS à celles du bois et de l’herbe pendant une phase d’exploration dans un RPG, Vaqso VR promet une variété de parfums. La version finale est censée pouvoir intégrer 5 ou 10 cartouches différentes à la fois, à l’intensité paramétrable, tandis que le prototype actuel permet déjà de contrôler la durée de diffusion des senteurs.

Les premières démonstrations du produit auprès des développeurs de jeux vidéo ont été plutôt bien accueillies, même si certaines limites ont été soulevées à cette occasion, comme l’importance de pouvoir associer ces parfums à des souvenirs pour profiter pleinement de l’expérience. Plusieurs utilisateurs sont ainsi restés mitigés face à l’odeur de poudre, dont ils ne pouvaient pas vérifier l’authenticité puisqu’ils ne l’ont jamais sentie auparavant.

Vaqso VR

L’immersion olfactive, un concept qui remonte à loin

L’idée d’accroître l’immersion du public grâce à des dispositifs olfactifs n’est pas nouvelle. Dès 1960, des cinéastes avaient testé avaient testé des dispositifs respectivement intitulés AromaRama et Smell-O-Vision pour des films bien précis. L’expérience avait tourné court.

Plus récemment, Ubisoft s’était fait remarquer en dévoilant le Nosulus Rift, un casque « exclusivement compatible » avec South Park : L’Annale du destin, dans lequel le joueur sent l’odeur des pets que son personnage utilise pour terrasser ses adversaires… L’appareil, que beaucoup ont pris pour un canular au vu de sa vidéo promotionnelle délirante, a pu être essayé par les visiteurs du salon Gamescom à Cologne, en août.

Vaqso VR, qui reste pour l’instant la plus modeste des trois entreprises à développer des appareils olfactifs pour la réalité virtuelle, espère à terme devenir leader sur ce créneau. Il lui faudra pour cela s’imposer face au casque OhRoma de CamSoday, qui propose des « odeurs sexy » pour plus d’immersion dans le porno en réalité virtuelle.

Partager sur les réseaux sociaux