Afin de comprendre comment des conducteurs se comportent face à la conduite autonome, Volvo a fait appel à une famille pour qu'elle teste l'un de ses véhicules capables de rouler sans l'assistance humaine.

Si vous vous intéressez un tant soit peu à l’actualité de la voiture autonome, peut-être avez vous déjà remarqué que les personnes se trouvant à bord des prototypes mis en circulation pour les tester dans des conditions réelles de circulation sont la plupart du temps des ingénieurs travaillant sur la conduite sans pilote. Il ne s’agit pas d’individus lambdas ; ce sont des professionnels.

Cette présence revêt un double intérêt : d’abord, pour des questions juridiques, il n’est pas possible de faire rouler des véhicules autonomes sans qu’une personne ne se trouve à bord — il faut que quelqu’un puisse reprendre le volant à tout moment en cas de pépin. Ensuite, cela permet de compléter les données que la voiture accumule en se déplaçant, en notant tout ce qui peut être digne d’intérêt.

volve drive

Mais comme ce sont des professionnels habitués à côtoyer la conduite autonome, le secteur automobile ne peut guère s’appuyer sur leurs réactions pour anticiper l’attitude qu’aura un conducteur du dimanche quand il se retrouvera à bord d’un tel engin. C’est pour cette raison que Volvo, dans le cadre du programme Drive Me, a décidé de faire appel à une famille en Suède.

Nous voulons en savoir plus sur la façon dont les gens se sentent avec la conduite autonome

« Nous voulons en savoir plus sur la façon dont les gens se sentent en enclenchant et en se désengageant de la conduite autonome, sur la manière dont le transfert du contrôle [entre le conducteur et l’automobile] devrait se faire et sur les activités qu’ils feraient dans la voiture alors que celle-ci est en train de les emmener à leur destination », a commenté Henrik Green le vice-président senior en charge de la R&D.

L’approche de Volvo survient alors que le constructeur nordique doit mettre sur la route une flotte de 100 véhicules autonomes en Suède au cours de l’année. Le groupe estime même qu’il pourra atteindre un objectif de zéro mort à partir de 2020 avec ses voitures. L’année suivante, Volvo estime qu’il pourra commercialiser son premier modèle de voiture entièrement autonome.

À lire sur Numerama : Volvo vise zéro mort avec ses voitures autonomes en 2020

Partager sur les réseaux sociaux