La fondation Mozilla procède au retrait d'un API qu'elle juge finalement trop indiscrète. Si elle semblait prometteuse sur le papier, elle pouvait aussi être détournée à d'autres fins.

L’enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on. Ce constat, Mozilla y fait justement face avec le composant Battery Status API. Conçu à l’origine avec le souci de rehausser la qualité de la navigation sur mobile, son usage ne s’est pas vraiment propagé. Pire, il a été quelque peu détourné de son but premier. Aussi la fondation en charge de Firefox a-t-elle décidé de le retirer de son navigateur.

L’API permettant de consulter le statut de la batterie devait initialement contribuer à un confort accru pendant la navigation. Comment ? En autorisant les éditeurs de sites web obtenir cette information pour qu’ils puissent, par exemple, proposer des pages sollicitant moins votre smartphone, votre tablette ou votre PC portable quand vous n’êtes pas relié à une prise secteur.

Firefox papier

Mais il est apparu que l’API peut aussi se montrer indiscrète. Une étude conduite en 2015 par une équipe franco-belge et relayée à l’époque par le Guardian a montré qu’il n’est pas impossible de détourner le but premier de ce composant pour suivre un utilisateur sur le net, en suivant sa navigation à travers son niveau de batterie. On le devine, ce type de suivi n’est pas sans intérêt pour les régies publicitaires.

C’est pour cette raison que Mozilla a pris la décision de faire machine arrière. Sur la page de suivi des bugs, BugZilla, il est annoncé que le retrait du composant sera achevé quand la version 52 de Firefox sera disponible. Celle-ci devrait être disponible au cours du printemps 2017. À l’heure actuelle, la dernière version du navigateur est numérotée 49.0.2. Ce n’est plus qu’une question de semaines.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés