Microsoft s'était montré trop confiant : malgré une adoption rapide de Windows 10, son échec dans le mobile lui empêchera d'atteindre son objectif d'un milliard d'appareils équipés de l'OS en 2018.

L’objectif était trop ambitieux. Malgré le succès commercial indéniable que rencontre Windows 10 depuis son lancement, Microsoft n’est pas en situation de déployer avec succès son nouveau système d’exploitation sur un milliard d’appareils dans le monde d’ici 2018. La firme américaine aura besoin de plus de temps pour espérer conquérir autant de systèmes, en particulier dans le segment du mobile.

Cet abandon a été acté vendredi dans un courrier adressé à l’AFP. « En raison du recentrage de nos activités dans les téléphones, cela va prendre plus de temps que jusqu’à l’exercice 2018 pour atteindre notre objectif d’un milliard d’appareils actifs », a fait savoir un porte-parole. Aucune nouvelle échéance n’a été fixée par le géant des logiciels, signe de l’incertitude qui plane du côté des smartphones.

Microsoft renonce à son objectif du milliard d’appareils sous Windows 10 en 2018

Cet été, Microsoft a déclaré que Windows 10 figure sur 350 millions d’appareils dans le monde. Il s’agit-là d’une très bonne percée, dans la mesure où le système d’exploitation n’a même pas un an (il fêtera son premier anniversaire fin juillet, avec la sortie quelques jours après d’une grosse mise à jour). Mais pour y parvenir, la firme de Redmond s’est montrée parfois très envahissante dans ses sollicitations.

Microsoft n’a aucun souci à se faire pour Windows 10 dans le marché des ordinateurs. Son OS domine le marché et malgré toutes les qualités de Linux et Mac, leurs parts de marché restent relativement anecdotiques. En revanche, c’est le secteur des smartphones qui est le gros point noir de la stratégie de Microsoft : Android (Google) et iOS (Apple) règnent sans partage, ne laissant que des miettes à Windows.

Nokia-Lumia-520-Black-1

C’est d’ailleurs bien pour cette raison que l’objectif du milliard d’appareils sous Windows 10 en 2018 nous paraissait intenable début mai. Microsoft ne peut guère faire mieux du côté des ordinateurs, puisqu’il bénéficie déjà du rythme d’adoption le plus fort de l’ensemble des versions de Windows déjà sorties. Le seul levier qu’il lui reste, c’est le mobile, mais il ne bénéficie d’aucun espace pour l’activer.

Pour soutenir ses projets dans le mobile, Microsoft a acheté une partie de Nokia pour 5,4 milliards d’euros. C’était en 2013. Trois ans plus tard, la stratégie du géant des logiciels n’a pas donné les effets escomptés. L’échec du groupe américain s’est payé par la suppression de 1 850 postes fin mai.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés