Un fournisseur de l'armée israélienne a testé jeudi avec succès le tir d'une torpille lancée depuis un navire entièrement commandé à distance.

Il n’y a pas que dans les airs que les robots s’affronteront. Dans les mers aussi. Quelques mois après que la marine américaine a présenté son navire de guerre semi-autonome, Israël fait à son tour une démonstration de force. L’entreprise israélienne Elbit Systems, qui fournit l’état hébreu en solutions de défense, a annoncé (.pdf) avoir testé avec succès le tir d’une première torpille légère lancée depuis un bateau piloté à distance.

Long de 12 mètres, le navire baptisé Seagull (la « mouette ») peut tenir plusieurs jours en mer sans aucun homme à bord. Il est modulaire, ce qui permet d’adapter son équipement aux différentes missions (détection de mines sous-marines, surveillance, neutralisation de communications…) et peut transporter jusqu’à deux vaisseaux secondaires. Ce premier tir de torpille a été réalisé au niveau du port de Haïfa.

Pour le moment le navire est encore piloté manuellement à distance, même s’il possède lui-même des systèmes anti-collision qui assurent une sécurité supplémentaire. Mais à terme, il sera certainement possible de le faire piloter par des intelligences artificielles, à l’instar de ce qui est actuellement en cours de développement dans l’aviation militaire, présenté son navire de guerre semi-autonome.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés