Après les voitures, les camions ou les avions, voici les bateaux. Le 7 avril, le premier drone maritime semi-autonome de l'armée américaine prendra la mer.

C’est avec beaucoup d’optimisme et de fierté que la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) a testé en eaux américaines son drone marin, le sobrement nommé « Anti-Submarine Warfare Continuous Trail Unmanned Vessels », plus communément appelé Active. Le drone marin est l’ultime arme pour surveiller les côtes et détecter les sous-marins les plus malicieux selon les marines américains.

L’arme-robotique de 132 pieds (40 mètres) de long prendra officiellement la mer ce 7 avril prochain et quittera cet été les côtes californiennes pour partir à la recherche des sous-marins les plus insoupçonnables.

L’intérêt de ceux qu’on appelle encore les « unmanned vessels » (navires non conduits par un humain) est principalement de ne plus nécessiter d’équipage à son bord. Un avantage décisif quand un bateau militaire doit rester en haute mer pendant de très longs mois pour protéger une zone.

La robotisation du pilotage du navire n’est pas sa seule avance technologique. Au delà de son IA-capitaine, l’Active possède des capteurs dont la DARPA est très satisfaite. Lors des tests préliminaires, le drone a tracé un sous-marin à un kilomètre, ce que le Pentagone a annoncé comme une amélioration technologique majeure.

« Trouver le bruit discret d’un sous-marin au diesel, ou électrique dans des eaux agitées et très fréquentées, c’est à peu près comme identifier le bruit d’un seul moteur de voiture dans une grande ville  », explique l’amiral Frank Drennan qui prendra à distance les commandes du drone.

giphy (1)
L’IA du drone à la recherche de sous-marins

Il demeure une épineuse question à laquelle la défense américaine n’a pas souhaité répondre : le drone marin sera-t-il armé à l’instar de ses lointains cousins aériens ? Silence radio.

Le bateau automatisé de l’armée américaine ne sera en tout cas pas le seul du genre sur les eaux internationales. De l’autre côté de l’océan Pacifique, c’est en Corée que les industriels et les armateurs commencent à parler de bateau autonome. Pas tout à fait unmanned, les bateaux autonomes coréens pourraient prendre la mer dans le futur, autant pour les plaisanciers que pour les militaires ou les cargos.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés