FlashBack est projet développé par Microsoft Research qui permet aux smartphones et ordinateurs peu puissants d'afficher de la réalité virtuelle aussi bien que les machines plus performantes.

La réalité virtuelle fait partie des challenges les plus importants et intéressants du moment dans les nouvelles technologies. C’est aussi l’occasion pour les constructeurs de relancer leurs ventes avec des équipements idoines, plus ou moins sophistiqués ou adaptés. En effet, il faut soit disposer d’un casque spécifique et onéreux — type Occulus Rift ou HTC Vive — aux pouvoirs immersifs très forts, soit d’un outil bon marché pour smartphone, tel que le Google Cardboard, qui n’offre pas la même qualité graphique ni la même capacité d’immersion, faute notamment de réactivité dans les calculs en temps réel impliqués par les moindres mouvements.

Pour combler ce vide entre l’entrée et le haut de gamme, des équipes de Microsoft Research travaillent sur FlashBack, une combinaison de technologies et d’algorithmes qui permet aux machines peu puissantes d’afficher sans problème des contenus de réalité virtuelle. FlashBack promet des images plus fluides, plus belles et, surtout, qui ne donnent pas la nausée.

Des images en méga-frames

Pour réaliser cette prouesse, FlashBack précalcule toutes les images que l’utilisateur est susceptible de voir en regardant autour de lui. Ces images sont ensuite enregistrées dans un format baptisé « méga-frames » qu’il suffit alors de diffuser devant les yeux de l’utilisateur à la manière d’une vidéo Youtube en 360 degrés.

Or, ces méga-frames devraient prendre tellement d’espace de stockage que la récupération des images calculées préalablement devrait être trop difficile pour les machines peu puissantes. Mais les développeurs de FlashBack ont tout prévu et les fichiers en question sont compressés efficacement dans un format H.264.

Cela permet de diminuer leur taille de manière exponentielle. Les images compressées sont stockées dans la mémoire vive (RAM) ou flash (SSD) de l’appareil. Lorsqu’elles doivent être affichées, elles sont immédiatement décompressées par les moteurs intégrés au système sur une puce du téléphone ou de l’ordinateur.

FlashBack est encore loin d’être commercialisé car Microsoft Research compte encore optimiser sa technologie, et rien ne dit même que Microsoft compte l’exploiter. Toutefois elle a déjà été testée avec succès sur un HP Pavillon Mini. Les résultats affichaient des performances multipliées par huit.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés