Avec son sèche-cheveux haut de gamme sans hélice, Dyson entend bien conquérir les salles de bain et les salons de coiffure.

Dyson était connu pour ses aspirateurs au look futuriste plébiscités par la critique et avait aussi percé dans le segment fort peu glamour des sèches-mains, en combinant efficacité et hygiène. Mais Dyson est une entreprise qui monte. Après la voiture électrique qui se profilerait et le purificateur d’air connecté, l’Anglais souhaite conquérir un autre marché des choses qui projettent de l’air à très grande vitesse : celui du sèche-cheveux.

Il est vrai qu’on constate des différences de puissance et d’efficacité entre l’objet qu’on a dans le tiroir de sa salle de bains et celui, professionnel, que manie un coiffeur, mais dans le fond, il n’y a pas de saut technologique entre les deux appareils. Ils reposent sur les mêmes principes et ont un ventilateur à l’arrière qui pousse de l’air chaud ou de l’air froid dans un tube plus ou moins serré. Le Supersonic de Dyson change radicalement la donne : exit l’hélice et la forme allongée du sèche-cheveux : la marque reprend les principes de déplacement de l’air qu’elle utilise pour ses ventilateurs et les minimise dans ce nouvel objet.

La firme annonce que son sèche-cheveux réinventé est à la fois plus silencieux, plus léger et plus sûr que tout ce qui a été créé sur le marché avant lui. Sans hélice, impossible de s’arracher des cheveux. De plus, le moteur conçu par Dyson pour diffuser l’air a été pensé pour que les sons qu’il émet en fonctionnement soit beaucoup plus haut en termes de fréquence que ceux émis par les sèches-cheveux classiques. Résultat, l’oreille humaine l’entend beaucoup moins.

Combien pour révolutionner le séchage des cheveux ? Environ 400 euros, pour une disponibilité autour de septembre.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos