Ce matin, le gouvernement a fait paraître un arrêté ministériel qui impose plusieurs efforts de transparence aux opérateurs, notamment de signaler la vitesse d’upload attendue sur les accès, et d’arrêter de parler strictement de « fibre » lorsque la fibre optique ne va pas jusqu’au modem de l’abonné. Le tacle visait sans grande subtilité SFR-Numericable et ses accès par fibre optique qui se terminent par du coaxial, aux performances plus limitées.

L’opérateur est connu pour entretenir l’ambiguïté entre fibre optique et câble, en mettant tout sous le même vocable de « fibre ». Or à partir du 1er juin 2016, il ne pourrai plus le faire. L’arrêté impose de signaler clairement à l’abonné le type de connexion finale dont il bénéficiera.

Mais jusqu’au 1er juin, la fête peut continuer. Et SFR ne s’en prive pas :

L’opérateur menace par ailleurs d’intenter un recours en annulation contre l’arrêté ministériel. «  Le but est de compliquer la vie du consommateur, auquel on apporte un service identique en FTTB et FTTH. Il ne faut pas opposer les technologies, nous déployons les deux », cherche à convaincre l’opérateur interrogé par Nextinpact.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés