Dans moins de trois ans, Ariane 6 prendra son envol. Mais pour accueillir le nouveau lanceur européen, un nouveau pas de tir est nécessaire. Un chantier d'envergure est en pleine construction en Guyane.

C’est donc le 16 juillet 2020 que le vol inaugural du nouveau lanceur européen Ariane 6 doit avoir lieu. Mais pour faire décoller ce futur mastodonte qui remplacera à terme Ariane 5, une fusée très fiable mais chère à fabriquer et exploiter, pas question de se servir des infrastructures existantes du centre spatial guyanais. Il va falloir faire sortir de terre une toute nouvelle aire de lancement.

Et justement, un chantier pharaonique est en cours à Kourou. Le temps presse : c’est en effet dans très exactement deux ans et huit mois que le tout premier lancement surviendra.

Où en sont les travaux à l’heure actuelle ? Pour renseigner le public, le centre national d’études spatiales a publié mi-novembre une vidéo montrant l’état d’avancement des opérations de terrassement et de construction des structures indispensables à un tel projet. L’occasion d’avoir un aperçu de la zone de lancement, de la voie de roulement du portique mobile ou encore du bâtiment d’assemblage du lanceur.

Zone de 170 hectares

Cette vidéo, tournée au mois d’octobre 2017, présente ainsi un certain nombre de plans aériens d’ELA 4, soit Ensemble de Lancement Ariane. Celui-ci se trouve à environ quatre kilomètres au nord-ouest d’ELA 3, l’aire de lancement dédiée à Ariane 5. Il s’ajoutera aux autres complexes ELA 1 (utilisé pour la fusée Vega), ELS (pour Soyouz) et ELA-2 (qui est inactif depuis 2003 et l’arrêt d’Ariane 4).

Le positionnement d’ELA 4 doit permettre « des lancements dans tous les azimuts de l’Est au Nord en minimisant les contraintes imposées pour la sécurité des populations lors des premières minutes de vol du lanceur », explique le Cnes. L’ensemble couvre 170 hectares. Il ajoute que le spot de tir « a été étudié en s’inspirant du retour d’expérience […] tout en mettant l’accent sur la simplification et la modularité ».

La dénomination d’ELA 4 peut être trompeuse. S’il s’agit effectivement du quatrième pas de tir consacré à Ariane, c’est en fait le neuvième qui est construit en Guyane.

Partager sur les réseaux sociaux