Les drones peuvent être utilisés pour de multiples tâches, des plus récréatives aux plus vitales. Les pompiers s'en servent notamment pour du repérage sur les départs de feu mais aussi pour trouver les nids de frelons géants, qui se sont installés au sud de l'Angleterre.

C’est un conflit inattendu qui fait rage à Jersey, plus grande des îles anglo-normandes, et qui pourrait inspirer à Hollywood un futur Drone vs Frelons.

En effet, un petit appareil volant, utilisé par les pompiers pour faire du repérage, s’est fait attaquer par un essaim massif de frelons géants asiatiques, autrement appelés Vespa velutina.

Récemment inquiétés par l’arrivée en masse de frelons asiatiques et par leur installation dans deux nids d’à peu près un mètre de long chacun, les pompiers locaux ont ainsi envoyé un drone pour déceler l’emplacement exact de l’un d’entre eux. Celui-ci réunit près de 6 000 insectes.

Photo du Jersey Evening Post, montrant le drone en pleine bataille.

Un risque pour les pollinisateurs

Certainement repéré par le bruit de ses hélices, le drone s’est fait charger par un essaim de frelons, projetant pour se défendre un puissant venin. Normalement utilisé pour repérer les départs de feu et les personnes recherchées, l’appareil est ainsi rentré couvert d’une sécrétion toxique habituellement projetée par l’espèce dans les situations de stress et pouvant tuer des abeilles.

Cette invasion de frelons asiatiques qui touche le sud de l’Angleterre trouve son origine dans le Var. En 2004, un premier nid est apparu dans le centre de la France, avant que cette espèce de frelon invasif ne remonte vers le nord, jusqu’aux côtes de la Grande-Bretagne. Depuis, c’est un problème des plus sérieux pour les autorités locales. Un nid de frelons peut contenir près de 200 reines, qui peuvent à leur tour créer une structure assez semblable. En tant que prédateurs naturels — parmi tant d’autres — des pollinisateurs, qui ont déjà du mal à survivre aux pesticides, il apparait nécessaires de régler le problème avant qu’il ne s’aggrave.

Si le drone est sorti sain et sauf de cette aventure, il a encore prouvé son utilité. Différents secteurs l’ont d’ores et déjà adopté, que ce soit la recherche, la surveillance des plages ou, ici, le repérage. Prochaine étape du conflit : couper l’arbre où a été repéré le nid pour le plonger dans un bain d’insecticide. En espérant une certaine réussite pour la protection de l’écosystème de cette petite île.

Partager sur les réseaux sociaux