L'agence spatiale chinoise a mis en orbite son premier télescope spatial à rayons X. Il doit permettre de découvrir plus de trous noirs et de mieux comprendre la vingtaine qui ont déjà été repérés.

La Chine peut désormais s’appuyer sur son premier télescope à rayons X pour observer l’espace : Insight, un appareil de 2,5 tonnes, a été placé en orbite basse — à 550 kilomètres — le 15 juin par une fusée Longue Marche 4B lancée depuis le désert de Gobi.

Le télescope, que l’agence Chine nouvelle décrit comme « un petit observatoire dans l’espace » est doté de trois détecteurs de photos à basse, moyenne et haute énergie. Il doit permettre à la Chine d’étudier plus efficacement les trous noirs. L’Insight, dont la conception a commencé en 2000, pourrait rester en orbite pendant environ 4 ans, le temps d’accomplir sa mission.

« Il existe énormément de trous noirs et d’étoiles à neutrons dans l’univers mais nous n’avons une compréhension rigoureuse d’aucun d’entre eux. Il nous faut donc plus de satellites pour pouvoir mieux les observer. Les trous noirs seront au cœur de notre observation car ils sont très intéressants. […] Jusqu’ici, environ 20 trous noirs ont été découverts dans notre galaxie. Nous espérons que notre télescope en trouvera  d’autres et nous en dira plus sur ceux déjà découverts » explique le responsable du projet, Zhang Shuangnan.

CC Nicolas de Camaret

« Ouvrir la voie »

Le télescope s’appuie sur la technique de démodulation lancée par Li Tipei en 1993 pour opérer sa détection sur un périmètre de plus de 5 000 cm2, ce qui lui confère un avantage unique par rapport aux autres sondes de rayons X : il peut ainsi repérer plus de caractéristiques en provenance de sources connues. Et, de fait, mieux observer les trous noirs qui émettent des rayons X particulièrement lumineux.

Pour Andrew Fabian, astrophysicien à l’université britannique de Cambridge, il s’agit là d’un succès «  clairement bienvenu » pour sa communauté scientifique : «  Le fait qu’ils lancent leur premier satellite d’astronomie est significatif et va ouvrir la voie aux autres. »

La mission d’Insight ne se limitera pas exclusivement aux trous noirs : le télescope se penchera aussi sur les pulsars, notamment pour voir s’ils peuvent servir à la navigation des vaisseaux spatiaux. Le lancement de ce télescope à rayons X marque une étape importante pour le programme spatial de la Chine, qui comble depuis quelque temps son retard sur l’Europe et les États-Unis à grand renfort de milliards d’investissement. Depuis le lancement, en 2003, de son premier vol spatial habité, le pays ne cesse de progresser.

Cette accélération de la Chine n’exclut pas pour autant certaines collaborations avec les autres acteurs de la conquête spatiale : l’Agence spatiale chinoise envisage notamment de créer une base lunaire avec l’aide de l’Agence spatiale européenne, qui servirait d’avant-poste pour l’exploration de Mars.

Partager sur les réseaux sociaux