Une scientifique de l'université Northeastern de Boston a constaté que les jeux vidéo d'activité physique dotés d'une véritable intrigue incitent les enfants en surpoids à plus se dépenser que sur leurs équivalents non scénarisés.

Les enfants en surpoids qui jouent à des jeux vidéo d’activité physique, comme Wii Sports, ont tendance à fournir un effort plus important si ces titres comportent un scénario : c’est ce qu’affirme la scientifique Amy Shirong Lu, de l’université Northeastern de Boston, dans sa dernière étude.

Pour arriver à cette conclusion, elle a comparé le comportement de 40 enfants de 8 à 11 ans, obèses ou en surpoids, répartis en 2 groupes de 20 devant le jeu Wii Sports Resort. Résultat : les garçons et les filles qui se sont lancés dans leur simulation de combat à l’épée après avoir visionné une vidéo animée de 3 minutes leur expliquant leur objectif s’investissent beaucoup plus que ceux qui ne bénéficient pas d’une telle narration en guise d’introduction.

L’étude précise que le premier groupe réalise 18 % de pas supplémentaires toutes les 10 secondes, et, globalement, 42 % de plus que les autres. La scientifique a voulu viser large avec cette introduction : «  Nous avons choisi un personnage générique pour que l’intrigue plaise aux enfants, quelle que soit leur sexe ou leur origine ethnique ».

Dans la vidéo, un héros enfantin se retrouve, pendant son sommeil, opposé à des bonhommes en allumette coincés dans ce drôle de monde pour ne pas avoir pratiqué assez d’activités physiques. Il lui faut alors les affronter avec son épée, à l’instar des enfants qui prennent ensuite les commandes.

Les enfants qui ont regardé l’introduction utilisaient la manette comme une véritable épée

La différence de comportement entre les deux groupes est flagrante au yeux d’Amy Shirong Lu :  « Les enfants qui ont regardé l’introduction sautaient et utilisaient la manette de la Wii comme une véritable épée. »

Amy Shirong Lu, qui a obtenu en avril dernier une bourse médicale de 3 millions de dollars  pour continuer ses recherches, compte à terme étendre ses analyses sur plus de 200 enfants et réaliser des intrigues divisées en plusieurs chapitres ou épisodes indépendants diffusés sur 6 mois.

Aux États-Unis, l’initiative de lutte anti-obésité la plus connue reste celle de Michelle Obama, qui a lancé en 2010 un programme national intitulé « Let’s move » (« Bougeons-nous »). Il incite notamment les enfants et adolescents à pratiquer différents sports plutôt que de rester rivés devant leur(s) écran(s).

Partager sur les réseaux sociaux