Il y a cinquante ans, le satellite Astérix s'envolait pour l'espace à bord d'une fusée Diamant A. Une première pour la France.

C’est le 26 novembre 1965 à 15h47 que le premier satellite français a décollé de Hammaguir en Algérie à bord d’une fusée Diamant A. Cet événement marquant pour l’histoire spatiale de notre pays a fait de la France le sixième pays au monde à avoir mis un satellite en orbite après l’URSS, les États-Unis, le Canada, la Royaume-Uni et l’Italie et la troisième à avoir fait son propre lancement. C’est ce que rappellent aujourd’hui les historiens de l’Agence Spatiale Européenne.

Mais alors, ce satellite bien nommé Astérix, à quoi servait-il ? Eh bien, en lui-même… à rien. Ses 40 kg tout mouillés transportaient un répondeur radar et un système de transmission de télémesures, ce qui a permis à la France de tester sa capacité à lancer des satellites en orbite. C’était donc bien plus la fusée Diamant qu’on mettait à l’épreuve. Manque de chance, les antennes qui auraient pu émettre les informations pour valider le processus ont grillé lors du lancement et notre Astérix est donc resté muet. C’est la Nasa qui a utilisé ses outils pour confirmer à la France la mise en orbite réussie de l’engin.

Avec la création du Centre nationale d’étude spatiale (CNES) quelques années auparavant par le président de Gaulle, le début des années 1960 a marqué l’entrée de la France dans la conquête de l’espace : un idéal qui cumulait à la fois le prestige, la dissuasion militaire (le lanceur Diamant étant basé sur un missile) et bien entendu, le rayonnement scientifique. Quatre fusées diamant ont décollé entre novembre 1965 et février 1966. Il faudra attendre 1979 pour que la célèbre Ariane, dans sa première version, décolle à son tour vers les cieux.

P06723-2

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés