Organisée chaque année depuis 2010, l'initiative Wiki Loves Monuments connaît aujourd'hui une certaine notoriété dans le monde. La preuve avec le coup de pouce de l'Unesco invitant les internautes à contribuer.

Connaissez-vous Wiki Loves Monuments ? Née en 2010 aux Pays-Bas, cette initiative vise à encourager les internautes du monde entier à photographier les monuments historiques et de verser ensuite les clichés sur Wikimédia Commons, en optant pour une licence permettant leur libre diffusion et utilisation. L’édition 2017 a lieu en ce moment et plus de 50 pays sont concernés.

Vous vivez en France et vous voulez participer ? Sachez qu’une page publiée sur Wikimedia Commons rassemble plusieurs ressources utiles, notamment un lien vers le règlement et un guide expliquant comment participer. Pour les autres internautes francophones, il y a aussi des actions en Tunisie, au Maroc et en Algérie, ainsi qu’au Canada. Par contre, rien n’est prévu en Belgique, en Suisse et au Luxembourg.

Fontaine, Kiev, 2009 / CC. Shevchenko Alexander

Cela étant, rien n’interdit de photographier des édifices culturels remarquables dans ces pays, même s’ils ne sont pas concernés par Wiki Loves Monuments cette année ; la seule chose, c’est que vous ne serez pas automatiquement inscrit aux concours national et international.

« Wiki Loves Monuments est présent dans plus de 50 pays à travers le monde du 1er au 30 septembre 2017. Chaque pays a ses propres monuments, organisations, partenaires et prix — et les dix meilleures photos de chaque pays seront soumises à la finale internationale. En participant à un concours national, vous participez automatiquement au concours international », est-il expliqué sur le site de l’initiative.

L’Unesco se joint à la fête

Chose assez rare pour être notée, l’Unesco a fait la promotion cette semaine de Wiki Loves Monuments. Mais faut-il vraiment être surpris, s’agissant d’une organisation des Nations unies se consacrant à l’éducation, la science et la culture ?

C’est en tout cas un coup de pouce bienvenu, car s’il y aura des gagnants et des perdants sur le concours lui-même, la mise à disposition des clichés via une licence autorisant leur libre diffusion et utilisation ne pourra être que bénéfique pour tout le monde.

Partager sur les réseaux sociaux