La Fashion Week de Paris a consacré l'un de ses défilés à l'alliance entre tech et mode. Une collection inspirée de l'univers Ghost in the Shell, qui peut laisser quelque peu... dubitatif.

Quand mode et tech s’assemblent, ça donne un cocktail plutôt, hum, explosif. Organisée tous les semestres, la Fashion Week s’est tenue à Paris du 28 février au 7 mars 2017. Rendez-vous incontournable des créateurs, modistes et accros du shopping, l’événement a décidé cette année de surfer sur la vague Ghost in the Shell. Si les teasers du film nous ont semblé encourageants, pas sûr qu’on pense la même chose de cette collection.

Haute couture et haute technologie se sont rencontrées lors d’un défilé organisé par Paramount Pictures et Tumblr. Malgré quelques affiches rappelant le film de Ruper Sanders, l’événement n’avait pas grand chose à voir avec le manga original, relève Engadget. Mis à part, peut-être, qu’il ait cherché à montrer comment les êtres humains étaient capables de se modifier via des accessoires et vêtements intelligents (et beaux, mais ça c’est un autre débat).

Capteurs et LEDs dans un manteau

Voici donc un aperçu de ce que pourrait être le futur de la mode avec un grand M. La marque Chromat, par exemple, s’est fait une spécialité de détecter les sensations de celui ou celle qui porte ses vêtements bioluminescents, auxquels sont intégrés des capteurs et des LEDs.

Paramount/Tumbler

Chez Emil+Aris, la technologie infrarouge s’invite dans un manteau, afin de réchauffer les muscles de son propriétaire. Selon ces créateurs, le dispositif permettrait d’améliorer la circulation sanguine.

Soutien-gorge cybernétique ( ?)

Chromat, toujours, explique également avoir souhaité matérialiser la rencontre de Blade Runner et Helmut Newton. Le faire par l’intermédiaire d’un vêtement semble curieux, mais pourquoi pas, après tout. Par contre, nous devons avouer que la subtilité de cette création nous échappe : un cyber-soutien-gorge. Qui nous inspire une seule question : pourquoi ?

Paramount/Tumbler

Dans un genre plus « utile », Aerochromics a inventé une chemise capable de détecter la quantité pollution dans l’air. À l’aide d’un colorant, son tissu passe du noir au blanc lorsque des substances nocives et autres rayonnements sont détectés.

L’une des pièces phares du défilé, une robe Chromat imprimée en 3D, n’a pas fonctionné comme prévu sur le podium. Avant de croiser des manteaux infrarouges ou des chemises anti-pollution à chaque coin de rue, les créateurs ont donc encore un peu de travail (ça ira, nous devrions pouvoir patienter jusque là).

Partager sur les réseaux sociaux