Canard PC se lance dans une aventure web et la campagne de financement participatif qui doit la soutenir est déjà un succès hors du commun pour un média.

En annonçant cette aventure le 31 mai dernier, Canard PC n’a pas pris le web par surprise et a lancé hier son projet de financement participatif pour la version en ligne de leur magazine bien connu — et, ne le cachons pas, fort apprécié à la rédaction. Ce qui est plus surprenant en revanche, c’est le succès de la campagne pour un média, qui explose les attentes de l’éditeur. Au moment où sont écrites ces lignes, le projet est en passe d’atteindre les 200 % de financement, soit 120 000 euros, en moins de 24 heures. 

Un cocktail savamment dosé a pourtant permis à Canard PC d’atteindre son objectif initial en 5 heures et 14 minutes. Bien entendu, au cœur du succès se trouve la promesse tenue par la rédaction d’un média dédié au jeu vidéo de qualité, uniquement par abonnement et qui permettra d’avoir les contenus papiers de Canard PC bien plus vite qu’avec un magazine vendu en kiosque. Rien ne change pour la formule historique du média et pour les abonnés actuels qui gagnent simplement un service en plus, puisque leur abonnement classique leur donne accès à la version web. Tout cela, par une équipe qui, au fil des années, a su gagner et garder la confiance de ses lecteurs.

Mais un Kickstarter est toujours un pari risqué et Ivan Gaudé, directeur des rédactions, semble avoir fait des choix pertinents. Et le premier, c’est d’avoir choisi Kickstarter, le leader américain, au lieu d’un KissKissBankBank ou d’un Ulule français. La raison est simple, nous confie-t-il : « Kickstarter est un très gros site pour le jeu vidéo, c’est historiquement là que se sont produits les événements et c’est pratiquement le seul pour ce secteur. Nous avons donc choisi d’aller là où nos lecteurs étaient déjà inscrits potentiellement, plutôt qu’un site français où aucun jeu vidéo ne se lance jamais  ».

Nous avons choisi d’aller sur la plateforme où nos lecteurs étaient déjà inscrits

Épargner à la cible du projet l’ouverture d’un compte sur une autre plateforme, voilà qui est malin. D’ailleurs, le média a été lancé dans la catégorie « jeu vidéo » pour toucher une audience naturelle plus large. La section « journalisme » de Kickstarter est en effet bien moins suivie. Cela a payé : la moyenne des contributions se situe au-dessus des 50 €, signe que le soutien n’a rien de symbolique. 

Pour un média papier francophone, c’est aussi un moyen, enfin, de toucher une cible internationale. Si la majeure partie des contributeurs vient de France, on trouve plus d’une centaines de backers qui vivent dans des pays où Canard PC n’est pas distribué en kiosques aujourd’hui, comme le Japon ou les États-Unis. Côté répartition des « récompenses », deux tiers des contributeurs ont choisi un abonnement uniquement web, signe que Canard PC n’a pas fait que convertir ses lecteurs traditionnels, mais a aussi convaincu ceux pour qui la presse papier n’est plus adaptée à leur mode de consommation de l’information.

Capture d’écran 2016-06-08 à 11.28.26

Le temps d’écrire ces quelques paragraphes et le projet a atteint les 200 %. Mais après le réconfort et la satisfaction d’avoir imaginé un concept qui plaît, reste aux équipes de Canard PC la partie la plus difficile du travail : concevoir et développer ce nouveau média. Le résultat est attendu avant la fin de l’année 2016. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés