Facebook a lancé un nouvel outil qui permet de suivre facilement l'activité de tous vos élus (maire, député, sénateur...). À condition d'accepter de fournir votre adresse au réseau social.

Vous voulez garder un œil sur vos élus au quotidien, ne rien rater de leurs activités sur Facebook, ou tout simplement avoir un moyen de les contacter « directement » ? Le réseau social aux 2 milliards d’utilisateurs est désormais doté d’un service de suivi qui permet de connaître tous les hommes et femmes politiques dont l’activité vous concerne directement.

En vous connectant à votre compte Facebook ce mardi 27 juin, vous avez peut-être vu apparaître une notification vous invitant à indiquer votre adresse. Celle-ci est en effet obligatoire pour pouvoir afficher tous les élus auxquels vous êtes lié(e) « par ordre géographique » : maire, député(e), sénateur ou sénatrice, président(e) de région, premier ministre, président et député(e)s européen(ne)s…

Une fois le service activé, Facebook affiche tous les élus correspondant à l’adresse, accompagnés de leur parti et de leur page sur le réseau social s’ils en ont une. C’est ensuite à vous d’opérer le tri pour savoir quelles personnalités ou quelles thématiques suivre : affaires étrangères, économie, éducation, environnement…

Si la demande de l’adresse est logique, elle rebutera à juste titre les internautes soucieux de protéger leur vie privée, d’autant que l’indication de la ville, de l’arrondissement ou de l’agglomération aurait pu suffire. À défaut, ils pourront choisir d’aller suivre par eux-mêmes les élus de leur choix, même si la manœuvre est logiquement plus longue.

Facebook rappelle que l’adresse peut être retirée à tout moment et précise : « Votre adresse peut également servir à vous communiquer les résultats des élections dans votre région et à vous proposer d’autres fonctionnalités liées aux élections et au gouvernement sur Facebook.Les coordonnées fournies pour les fonctionnalités liées aux élections et au gouvernement sur Facebook ne peuvent pas être consultées par les autres utilisateurs ».

Facebook multiplie les outils politiques

L’identification des élus a été réalisée par MySociety, une startup britannique de « civic tech », qui a pour but de faciliter la prise de contact entre les élus et les électeurs sur la plateforme. Les pages manquantes pourront lui être transmises directement par les utilisateurs. L’initiative, louable, permet d’avoir une bonne connaissance des activités et des causes soutenues par « vos » élus à défaut de favoriser la transparence puisque l’outil vous redirige seulement vers la communication orchestrée par ces hommes et femmes politiques sur le réseau social.

L’idée s’inscrit dans la vision de l’avenir défendue par Facebook : renforcer la « communauté » en incitant ses membres à s’impliquer plus en avant dans la vie locale de leur ville, en rejoignant notamment des groupes d’activité (sport, bénévolat…).

nicolas hulot facebook

La fonctionnalité n’est pas la première du genre pour le réseau social, qui avait déjà lancé un outil facilitant l’accès aux programmes des candidats à la présidentielle. Le jour des élections, Facebook suggère aussi désormais, par le biais d’une notification, d’aller voter, comme on a pu le constater en France lors des deux tours de la présidentielle puis aux législatives.

En multipliant les fonctionnalités utiles, Facebook — qui refuse d’être considéré comme un média — entend devenir plus indispensable que jamais au quotidien. La vie politique fait à ce titre nécessairement partie de son champ d’action, alors qu’aux États-Unis, on prête une ambition présidentielle à son fondateur et patron, Mark Zuckerberg.

Pour suivre ses députés, il existe par ailleurs deux initiatives françaises alternatives : l’enquête exhaustive sur les 577 nouveaux députés réalisée par Les Décodeurs du Monde, et le Projet Arcadie qui vous propose d’ « enfin tout savoir sur les parlementaires français ».

Partager sur les réseaux sociaux