La Manif pour tous tente, grâce à son site École et sexe, de faire croire que l'Éducation nationale enseigne des pratiques sexuelles aux enfants dès le plus jeune âge. Amalgames volontaires, documents sortis de leurs contexte ou diabolisés à tort... la plateforme sert d'outil de propagande au mouvement.

Au premier abord, le site École et sexe, fondé en janvier 2017, se présente comme une plateforme informative destinée aux parents curieux de l’éducation sexuelle qui est faite à leurs enfants à l’école. Typographie calquée sur l’écriture manuscrite des bambins, fond de page quadrillé… le site au slogan explicite (« Comment l’école aborde la sexualité avec les enfants ») paraît inoffensif.

ll annonce son but d’entrée de jeu sous couvert de neutralité : « En quoi consiste l’éducation sexuelle ? Vers quels livres et sites internet sont renvoyés les élèves ? A quel âge commence la sensibilisation des enfants à la sexualité ? Parce qu’en tant que parents, vous avez le droit de savoir, Ecole et sexe publie ci-dessous des directives officielles et des supports mis à disposition des élèves pour faire leur éducation sexuelle ».

Pourtant, une fois arrivé au bout du contenu qui multiplie les amalgames à grand renfort de titres inquiétants (« L’éducation sexuelle au programme dès le plus jeune âge », « le sexe, une matière transdisciplinaire », « apprendre à se masturber »…), on découvre un message final on ne peut plus subjectif : « Et qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Stop ou encore ? Pour protéger les enfants et les jeunes de ces atteintes à leur pudeur et à leur conscience, signez dès maintenant notre appel aux candidats à la présidentielle pour la refonte complète des programmes scolaires. »

L’appel s’accompagne d’un lien vers un formulaire « d’appel aux candidats » à la présidentielle — depuis actualisé pour s’adresser au président élu . À ce stade, il a récolté plus de 15 000 signatures.

Bienvenue sur la vitrine de propagande en ligne de La Manif pour tous, dont le nom apparaît seulement dans les mentions légales du site, où elle y est décrite comme « un mouvement spontané et populaire, profondément pacifique, dont toutes les actions se déroulent dans un cadre strictement légal [… et comme] une force tranquille, solidaire et ouverte au dialogue. »

Documents réels, contexte mensonger

Tout l’enjeu, pour La Manif pour tous, consiste à faire passer des documents bien réels, dont le site mentionne chaque sources, pour des « directives officielles et des supports mis à disposition des élèves pour faire leur éducation sexuelle ». Une sorte de version améliorée des fake news.

Pourtant, il suffit justement de vérifier ces sources et d’une recherche rapide pour mettre au jour le travail de manipulation effectué par La Manif pour tous. Le site recourt par exemple à plusieurs extraits d’une brochure intitulée « Tomber la culotte ! », présentée notamment comme un moyen d’« apprendre à se masturber ».

S’attarder sur l’URL du document PDF joint permet de constater qu’il s’agit d’une brochure du planning familial de 2011 destinée aux femmes adultes — qui ne s’adresse donc nullement aux enfants, et leur est encore moins distribuée dans un cadre scolaire. Ce qui n’empêche pas les comptes Twitter du mouvement de la reprendre pour la présenter ainsi :

École et sexe s’appuie par ailleurs sur des documents administratifs, comme une directive de l’Agence nationale de santé publique qui présente les brochures préventives destinées à « favoriser une entrée positive et responsable des adolescents dans la vie sexuelle […] [car] de leurs premiers pas dans la sexualité dépend leur santé sexuelle à venir ». Il n’y a pourtant rien de choquant à voir des documents officiels destinés aux lycéens — et pas aux élèves de primaire — appelant à se protéger ou à fournir des informations précises sur un sujet souvent méconnu, surtout quand on sait que l’âge médian du premier rapport sexuel est 17 ans.


La stratégie suivie est claire : constituer un amalgame de différents documents (directive de l’OMS, brochure de prévention, extrait de manuel de SVT ou d’un livre jeunesse comme « Tous à poil ! »…) pour inventer de toutes pièces des mensonges alarmistes susceptibles de leurrer les internautes les moins vigilants.

Une nouvelle tentative de manipulation du mouvement, que démontre longuement Samuel Laurent des Décodeurs du Monde sur Twitter, tout en déplorant la persistance de ces pratiques. Celles-ci ne sont pas rappeler la polémique de 2014 autour de la prétendue théorie du genre enseignée à l’école, une rumeur lancée par un collectif proche de l’extrême droite.

Partager sur les réseaux sociaux