Les Décodeurs abordent cette campagne présidentielle en partant à l'attaque de la désinformation. Les journalistes du quotidien ont répertorié les différents sites d'informations du web français pour aider les internautes à mieux identifier la qualité de l'information qui leur est proposée.

Ce mercredi sortent les deux extensions pour navigateurs créées par Les Décodeurs (Le Monde) en partenariat avec Google. Ces dernières, appelées Décodex, vous permettent, lorsque vous surfez sur le web francophone, de mieux connaître le site que vous consultez.

Cette extension ressemble à d’autres petits logiciels aux rôles similaires qui avaient pu être développés durant la campagne présidentielle américaine pour les médias anglophones. Certains s’attaquaient même à Facebook.

Après l’élection de Donald Trump et la prise de conscience collective du poids de la désinformation dans le nouvel écosystème médiatique, l’initiative du Monde permet de prolonger ces pratiques américaines en France. À l’approche de l’élection présidentielle française, les journalistes du Monde espèrent ainsi proposer avec le Décodex un outil à la fois pédagogique et utile pour tous les internautes.

Les extensions sont plutôt légères et consomment peu de ressources. Pour schématiser leur fonctionnement, les deux extensions se fondent sur une même base de données contenant plus de 600 adresses web (URL). Chacune est associé à une couleur (allant du rouge au vert, en fonction de la fiabilité de l’information traitée par le site en question) et à un commentaire. Ces commentaires peuvent aider l’internaute à mieux comprendre les avertissements et le code couleur adopté l’extension.

La base de liens est mise à jour toutes les 24 heures par les équipes de suivi de l’application : les internautes peuvent également soumettre des commentaires sur les sites qu’ils rencontrent. Ce répertoire est commun avec l’annuaire des Décodeurs déjà mis en ligne.

Au-delà des sites d’informations, l’extension est également en mesure de juger la pertinence de certains gros comptes sur YouTube ou Twitter. Bien sûr, le répertoire étant encore à ses débuts, ce seront les utilisateurs qui compléteront au fur et à mesure la base de données avec l’équipe de journalistes (vous pouvez la consulter ici au format texte et l’interpréter avec cet outil en copiant l’URL dans la case).

Les extensions (Chrome et Firefox) sont accompagnées par un bot sur Facebook qui grâce à cette même base de données peut rapidement  et automatiquement répondre sur la fiabilité d’une information.

Partager sur les réseaux sociaux