L'entrepreneur américain Elon Musk estime que l'automatisation croissante et le développement de l'IA nécessitera tôt ou tard de mettre un revenu de base universel.

C’est inéluctable. Un jour ou l’autre, il faudra que les gouvernements mettent en place un dispositif assurant un revenu de base universel à l’ensemble de leurs citoyens afin de compenser les transformations qui se produisent en matière d’organisation du travail, avec une montée en puissance des machines et de l’intelligence artificielle pour remplacer les hommes à la tâche.

Cette prévision, c’est Elon Musk qui l’a faite alors qu’il était en train de répondre aux questions de CNBC. Pour l’entrepreneur américain, à qui l’on doit des compagnies à succès comme Tesla (automobile et énergie), SpaceX (spatial), PayPal (paiement en ligne) et  Hyperloop (transport), c’est la seule façon pour accompagner avec le moins de casse sociale possible l’automatisation croissante de la société.

Elon Musk
CC OnInnovation

« Je pense qu’il y a de bonnes chances pour que nous finissions par avoir un revenu de base universel ou quelque chose comme ça, du fait de l’automatisation. Je ne vois pas comment faire autrement. Je pense que c’est ce qui devrait arriver », a-t-il confié, alors que ce sujet prend une place croissante dans ses activités et va jusqu’à l’inciter à mobiliser une partie de ses ressources financières.

Pour Elon Musk, l’automatisation ne doit pas être perçue comme un obstacle. Bien au contraire, il faut plutôt y voir une opportunité pour se libérer des tâches ingrates, répétitives ou pénibles. « Les gens auront plus de temps pour faire d’autres choses, des choses plus complexes, des choses plus intéressantes. En tout cas, plus de temps libre. Et puis nous devons trouver comment nous intégrer dans un mode et un futur avec une IA avancée ».

Je ne vois pas comment faire autrement. Je pense que c’est ce qui devrait arriver

La prévision d’Elon Musk reste toutefois à vérifier.

Le futur est bien trop imprévisible pour que l’on ait la certitude que des métiers seront effectivement condamnés par la robotisation et l’IA. Cela sera peut-être le cas d’une partie d’entre eux ou peut-être seulement de tâches par-ci, par-là. Peut-être que le processus de destruction créatrice, qui veut que la perte d’emplois est compensée par la création de nouveaux postes, continuera à faire son œuvre.

Mais peut-être que la destruction créatrice n’est plus en mesure de renouveler les métiers aussi vite que l’automatisation les détruit ? Que se passera-t-il alors quand des millions de chauffeurs (de camion, de taxi, de bus, de livraison) perdront leur emploi du fait de la mise en place d’une IA dans les véhicules. Les camions autonomes sont déjà une réalité et cette tendance ne montre aucun signe d’essoufflement.

Argent
CC Negative Space

Le sujet, en tout cas, divise. En Suisse, les électeurs ont rejeté à une très grande majorité le projet de création d’un revenu universel pour tous, salariés comme sans emploi. Mais en ce qui concerne la Finlande, c’est une thématique qui a le vent en poupe puisque une initiative pilote sera mise en place dès le début de l’année prochaine, auprès de 2 000 personnes à la recherche d’un emploi.

En France, un rapport remis en octobre par une mission d’information du Sénat propose de mener des expérimentations du revenu de base, susceptible de remplacer les minima sociaux. Trois modèles sont envisagés : une allocation sous forme inconditionnelle ; un versement inconditionnel avec obligation d’utiliser l’allocation à des fins spécifiques ; in versement conditionné au respect d’une obligation spécifique.

Les robots cotiseront-ils ?

Reste une autre interrogation. Comment financer le revenu de base universel ? L’une des pistes à l’étude consiste à faire en sorte que les machines et les intelligences artificielles paient des cotisations sociales, afin que les entreprises qui bénéficient à fond des gains de productivité de la robotisation contribuent à la transformation de la société. Cela n’est pas dénué de sens.

Cette piste a notamment été suggérée par Mady Delvaux, auteure d’un projet de résolution au Parlement européen. Ainsi, elle a proposé à Bruxelles « d’envisager la nécessité de définir des exigences de notification de la part des entreprises sur l’étendue et la part de la contribution de la robotique et de l’IA à leurs résultats financiers, à des fins de fiscalité et de calcul des cotisations de sécurité sociale ».

À lire sur Numerama : Faut-il que les robots et les IA payent des cotisations sociales  ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés