Dans la journée de dimanche, la CIA a proposé de faire revivre le raid contre Ben Laden avec un live-tweet. Mais cette décision n'a pas remporté l'unanimité.

C’était il y a cinq ans. Au terme d’un raid mené par les forces spéciales américaines au nord du Pakistan, le complexe fortifié d’Oussama Ben Laden est pris d’assaut et ses occupants sont tués ou capturés. C’est au cours de cette opération d’envergure que le chef spirituel d’Al-Qaïda est abattu.

À l’époque, l’annonce du décès du leader du réseau jihadiste le plus célèbre au monde avait suscité de très nombreuses réactions internationales, en majorité positives. Aux États-Unis en particulier, l’annonce de la mort du cerveau des attentats meurtriers du 11 septembre 2001 avait donné lieu à des scènes de liesse dans les rues.

C’est dans ce contexte spécifique que la CIA a jugé bon, cinq ans après l’opération militaire du 1er mai 2011, d’organiser un live-tweet destiné à faire revivre au public le raid comme s’il avait lieu de nos jours. C’est ainsi qu’une série de messages a été publiée sur Twitter dans la journée de dimanche.

Les principaux évènements y sont relatés. Du feu vert donné par Barack Obama pour agir au Pakistan en passant par le décollage des hélicoptères, sans oublier l’invasion de la demeure d’Oussama Ben Laden et l’ouverture du feu sur l’intéressé, ce sont au total douze tweets qui seront publiés sur le compte de la CIA.

Ce n’est pas la première fois que des live-tweets de ce type ont lieu sur Twitter, que ce soit pour relayer un évènement en direct, comme une opération neurochirurgicale, ou pour raconter un fait particulièrement marquant dans la mémoire collective, comme la seconde guerre mondiale ou la bataille de Verdun.

Cette approche a ses mérites : elle permet de jouer avec la chronologie en l’insérant à notre époque, en temps réel ou non, de donner vie à des épisodes historiques et de sensibiliser un public en exploitant de nouveaux moyens de communication, même si cela nécessite parfois de faire très synthétique.

Dans le cas de la CIA, le live-tweet n’a toutefois pas rencontré le même succès que ceux mentionnés plus haut. Sur les réseaux sociaux, plusieurs intervenants ont invité la CIA à s’abstenir ou ont moqué cette manœuvre de relations publiques déguisée pour flatter l’égo des Américains en ravivant leur ressentiment contre Ben Laden.

« Imaginez ce que la CIA prépare pour le dixième anniversaire ? Des marionnettes ? Un opéra ? Des gifs animés ? », a commenté James Saunders, tandis que l’émission The Daily Show a suggéré de faire la même chose avec le fiasco du débarquement de la baie des Cochons, à Cuba, pendant la guerre froide.

Cinq ans après l’opération des Navy Seals, la fièvre de l’émotion est manifestement bien retombée chez les Américains. Même si beaucoup d’entre eux ont relayé et applaudi le live-tweet de la CIA, des lignes de fracture dans l’opinion publique qui n’étaient pas visibles en 2011 apparaissent désormais au grand jour.

Interrogé par ABC, un porte-parole de la CIA a justifié la décision du live-tweet en déclarant « qu’en ce cinquième anniversaire, il est approprié de se remémorer de ce jour et d’honorer tout ceux qui ont contribué à atteindre cet objectif ». Et d’ajouter que le compte Twitter de la CIA fait de temps de autres des « le saviez-vous » historiques.

Il reste toutefois une question.

L’histoire qui est racontée depuis 2011 sur l’opération s’est-elle vraiment déroulée de la façon dont les États-Unis la présente ? Au-delà de savoir si la CIA a raison ou non de faire ce live-tweet, les faits sont rapportés seraient en partie un mythe, qui donnent une fausse représentation de ce qu’il s’est vraiment passé.

C’est ce que souligne le Guardian, en citant les travaux du journaliste d’investigation américain Seymour Hersh, détenteur du prix Pulitzer. Selon lui, plusieurs affirmations autour de l’opération font partie d’une fiction construite par l’administration Obama afin de présenter l’évènement à l’avantage des États-Unis.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés