La Russie demande à Twitter de stocker sur place les informations personnelles des internautes russes que le site collecte et conserve. Mais le site de micro-blogging ne se montre pas coopératif.

L’accès à Twitter va-t-il être bloqué en Russie ? C’est le scénario qui risque de se produire dans les prochaines semaines, si la pression ne retombe pas entre le réseau social américain et le Roskomnadzor, qui est le service fédéral russe responsable de la régulation des télécommunications dans le pays.

La Russie veut stocker les données des Russes sur place

« Il y a quelques mois, Twitter a changé ses conditions d’utilisation […] et collecte désormais, selon nous, des données personnelles », a fait observer Alexandre Jarov, le directeur de Roskomnadzor, cité dans les médias russes et dont les propos ont été repris par l’AFP. Or, il s’avère justement que la Russie exige des entreprises qui amassent des données privées qu’elles respectent de nouvelles consignes très précises.

En effet, le plus grand pays du monde est régi depuis le 1er septembre par une loi fédérale consacrée à la protection des données personnelles. Adopté au cours de l’été 2014, le texte impose aux firmes étrangères de localiser sur le sol national l’hébergement et le traitement des informations privées appartenant aux Russes.

C’est cette même loi qui a contraint Apple de transférer les sauvegardes iCloud et d’autres informations privées concernant ses clients russes dans un entrepôt géré par la société IXcellerate, pour éviter la perspective d’un bannissement administratif de certains de ses produits et services de Russie.

Le Roskomnadzor met aussi la pression sur Apple et Facebook, qui stockent des informations personnelles de Russes.

Pour prendre contact avec les sociétés, le Roskomnadzor passe par la voie postale. « Ces lettres sont devenues une pratique courante dans nos relations avec les sociétés internet étrangères », expliquait en mai un porte-parole du Roskomnadzor. «  Habituellement, quelques progrès se produisent après l’envoi de ces lettres. Nous espérons que ça sera le cas ». Mais dans le cas de Twitter, aucune n’a pour l’instant été donnée, selon l’AFP.

Le Roskomnadzor s’est frotté à plusieurs sites de tout premier plan, comme GitHub, Reddit Facebook, Microsoft, Twitter ou Wikipédia, les menaçant de les bloquer dans tout le pays s’ils ne respectaient pas certaines lois, dont celle encadrant plus fermement les contenus publiés sur les sites et les blogs. Cet activisme du Roskomnadzor a été dénoncé par Edward Snowden lors de la remise d’un prix.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés