Plus de 100 millions de personnes téléchargent grâce à des logiciels de P2P tous les jours : quelles sont les méthodes auxquelles peut faire appel la RIAA pour lutter ? La guerre est-elle déjà perdue ?

Environ 60 millions d’américains téléchargent des fichiers sous copyright. Seuls 9 % d’entre eux auraient conscience d’enfreindre la loi sur le copyright. Ils utilisent pour télécharger, dans la majorité des cas, des logiciels de P2P, comme Kazaa, eDonkey ou encore filespree…

Pour l’instant, l’industrie musicale joue la carte de la répression, mais pour combien de temps encore ? Une société américaine créée en 2000 (BigChampagne) et spécialisé dans les divertissements en ligne, a étudié les échanges de fichiers en ligne : depuis Napster, le nombres de logiciels de P2P a constamment augmenté, et parallèlement le nombres de ligne haut débit a explosé. Les échanges de fichiers sont donc naturellement en forte progression, si bien que le nombre de fichiers téléchargés dépasserait le nombre de vente de CDs de l’industrie musicale !

BigChampagne s’est même amusé à faire un TOP 50 des fichiers musicaux les plus téléchargés : rien à voir avec ceux donnés par l’industrie de la musique, mais est-ce vraiment étonnant ?

La lutte contre les téléchargements illégaux semble donc perdue d’avance. A l’occasion d’un débat au Sénat américain le 27 mars 2003, Matthew J. Oppenheim, vice-président de la RIAA (Recording Industry Association of America), estimait la baisse des ventes de disques à 7 % en 2000, 10 % en 2001 et 11 % en 2002. « Sur un marché qui a connu une constante progression pendant des années, ce soudain et dramatique déclin a et aura de graves conséquences pour l’industrie« , estime l’intervenant. Des chiffres évidemment difficilement vérifiables tant les études contradictoires sont nombreuses…

Cette lutte de la RIAA ressemble étrangement à celle que mène depuis plusieurs années l’industrie du logiciel : des protections de plus en plus sophistiquées sont développées, mais elles finissent toujours par être contournées. Avec l’avènement des réseaux P2P totalement décentralisés et utilisant des techniques de camouflage plus ou moins complexes, il y a fort à parier que la guerre n’est pas prête d’être terminée…

Site officiel : BigChampagne

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés