C’est un graphique étonnant que celui proposé par Coolfer sur son blog. Il montre, en se basant sur les dernières données de Nielsen Soundscan pour 2007, que les régions des Etats-Unis qui ont le plus vite adopté les services de musique en ligne (typiquement la côte ouest et le nord est du pays) sont aussi celles qui ont le plus faible taux de croissance de vente de musique en ligne. Ce qui tendrait à montrer que, sauf innovation sur le marché (l’abandon généralisé des DRM par exemple ?), celui-ci ne peut que décroître pour l’ensemble du pays après l’effet de découverte passé.

Mais il y a plus intéressant encore. Alors que le taux de croissance est de 41 % pour tout le pays, la croissance n’est que de 28 % dans les zones urbaines et de 55 % dans les zones rurales. Faut-il en conclure que les services en ligne intéressent davantage ceux qui se situent loin des disquaires, ou s’agit-il là aussi d’un décalage dans le temps dû à une adoption plus tardive en zones rurales ? Un graphique identitique serait intéressant pour la France, mais aucune donnée publique ne permet de le réaliser.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés