Selon une étude de Jupiter Research conduite auprès de tous types d’acteurs de la musique en ligne en Europe (maisons de disques, revendeurs, sociétés de gestion de droits,…), 62 % des responsables sont en faveur d’un abandon des DRM. Le chiffre chute à 48 %, soit moins d’un cadre sur deux, lorsque la question est posée aux seules maisons de disques. L’étude, qui a été publiée ce mois-ci, est tirée de questionnaires distribués entre décembre et janvier, c’est-à-dire avant que Steve Jobs ne vienne lui-même dire à quel point les mesures de protection techniques sont une aberration économique pour la musique en ligne. Il semble désormais certain que EMI sera la première major à faire tomber le dogme, et que toutes seront obligées de rapidement accompagner le mouvement, mais uniquement en ce qui concerne l’achat de titres et non les abonnements et autres formules locatives…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés