Selon le président de Gaumont Nicolas Seydoux, dont nous avons déjà commenté la prose récemment, la filière cinématographique perdrait « à peu près 1 milliard d’euros par an » par le piratage des films en France. Interrogé par Le Monde, il rappelle que le CNC estime « à peu près à 1 million les téléchargements illicites de films en France chaque jour », soit 365 millions par an. Sachant que le prix moyen d’un ticket en France est évalué à 5,85 euros par le même CNC, et que les producteurs touchent environ 40 % du ticket, tous calculs faits celui qui est aussi président de l’Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle (ALPA) considère donc que pour chaque film piraté c’est un ticket de cinéma qui a été volé. Comme si les internautes auraient été au cinéma voir tous les films qu’ils ont téléchargés. Ce raisonnement étroit conduit ce mathématicien expert à une conclusion qui restera dans les mémoires : « Si l’on compare avec la fréquentation en salles, qui devrait avoisiner 185 ou 190 millions cette année, il y a deux fois plus de pirates que de spectateurs ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés