Vous est-il déjà arrivé de commencer à rédiger un message sur Facebook et finalement de renoncer à le publier ? Le contraire serait étonnant. Mais techniquement parlant, rien n'empêche le réseau social d'enregistrer absolument tout ce que vous vous apprêtez à dire, mais que vous n'avez jamais publié. Comme le rapporte le consultant Príomh Ó hÚigínn, Facebook utilise un code javascript qui envoie vers ses serveurs tout ce que l'utilisateur est en train de saisir comme nouveau "statut", sans attendre que l'internaute ait validé.

La fonction s'explique techniquement, puisque comme le laisse entrevoir l'analyse du trafic réseau ci-dessous, il s'agit d'un script qui doit permettre à Facebook de suggérer automatiquement des termes à saisir (comme le nom d'interlocuteurs lorsque l'on écrit "@lapersonne" dans le message). Pour pouvoir afficher des suggestions, Facebook doit nécessairement prendre connaissance de ce que l'utilisateur écrit :

Néanmoins Twitter n'affiche pas le même comportement :

Quant à Google, la fonctionnalité de "recherche instantanée" l'oblige à obtenir en temps réel toutes les frappes de touche de l'utilisateur, afin de pouvoir fournir les résultats de recherche et les suggestions sans attendre que l'internaute ait terminé. Potentiellement, Google peut donc lui aussi enregistrer les recherches qui ont été réalisées sans être confirmées, et il le fait d'ailleurs dès que vous cliquez sur un résultat fourni (il suffit de vérifier dans l'historique des recherches).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés