Le ministre de l'intérieur a annoncé qu'il se rendrait aux Etats-Unis pour voir les responsables des principaux fournisseurs de services en ligne, afin de les convaincre de collaborer plus étroitement à la surveillance et au contrôle des communications sur Internet, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Bernard Cazeneuve s'est vu donner jusqu'au 21 janvier pour proposer de nouvelles lois de surveillance et de contrôle sur Internet au premier ministre Manuel Valls. Sur France Inter ce mardi, le ministre de l'intérieur a évoqué les grandes lignes de ce qu'il pourrait suggérer, non seulement pour Internet, mais pour l'accroissement des dispositifs de mise sous surveillance.

Sans reprendre à son compte les critiques contre la CNCIS, Bernard Cazeneuve a d'bord indiqué qu'il souhaitait augmenter le nombre, la fréquence et la durée des interceptions de sécurité, qui concernent également les données sur Internet, et revoir les modalités. "J'avais proposé de passer de 10 à 30 jours la durée de conservation des interceptions de sécurité pour pouvoir procéder à leur analyse dans le détail, parce que l'on a des interceptions complexes qui demandent des compétences multiples, linguistiques et autres. A ce moment-là, je n'avais pas trouvé d'accord avec le parlement pour le faire", a-t-il rappelé au sujet d de la loi de novembre 2014.

Concernant Internet, "les décrets des dispositions concernant le blocage administratif et le déréférencement des sites seront adoptés au début du mois de février, (mais) il faut aller plus loin", a prévenu le ministère de l'intérieur.

"Il faut aller plus loin dans une sensibilisation des grands opérateurs Internet. Ce qui m'a frappé dimanche dernier, c'est la volonté de tous les ministres de l'intérieur, y compris les ministres américains qui ont toujours eu une position assez ouverte, de faire en sorte que nous ayons un contact étroit avec Twitter, Google, Facebook et autres opérateurs, pour dire "attention, là il y a un problème particulier, il faut que vous vous mobilisiez avec nous". Il y a un travail de sensibilisation considérable à faire".

"Je me rendrai d'ailleurs prochainement aux Etats-Unis pour rencontrer mes homologues, et pour rencontrer aussi ces grands opérateurs d'Internet afin de les sensibiliser", a-t-il annoncé.

Il s'agira sans doute de les convaincre d'étendre la censure, comme Manuel Valls l'avait demandé il y a tout juste un an — presque dans les mêmes termes — au sujet de la censure de Dieudonné, mais aussi et probablement surtout de faire obstacle au chiffrement généralisé des communications qui est annoncé de toutes parts par les géants américains du web, depuis les révélations d'Edward Snowden. C'est la première mesure qu'a demandée David Cameron à son retour à Londres.


Bernard Cazeneuve : "Il faut des évolutions… by franceinter

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos