Microsoft a supprimé toutes les applications qui permettaient d'utiliser Snapchat sous Windows Phone, à la demande de l'éditeur du service de messagerie éphémère.

A la demande de Snapchat, Microsoft a fait le ménage sur son Windows Phone Store, et supprimé l'ensemble des applications qui permettaient d'utiliser le service de messagerie à partir d'un téléphone Windows Phone. Parmi les applications supprimées figure l'appli française 6Snap, qui était la plus populaire pour utiliser Snapchat sur les téléphones équipés du système Microsoft.

Pour le moment aucune application officielle n'est distribuée sous Windows Phone par Snapchat, et le développeur rennais Rudy Huyn assure qu'il n'y en a pas en préparation. En réaction, il a conseillé à ses utilisateurs de conserver leur copie de 6Snap (qui semble toujours fonctionnelle) sur leur téléphone, ou d'utiliser des alternatives :

Alors que son concept de messages éphémères impose une sécurité plus importante encore que sur les autres services de messagerie, Snapchat avait été secoué en octobre dernier après la diffusion de centaines de milliers de photos qui n'auraient jamais dû pouvoir être sauvegardées et publiées, et qui l'ont pourtant été. Ses propres serveurs n'avaient pas été piratés, puisque les photos avaient été obtenues par un service qui proposait d'émuler une application Snapchat pour recevoir et sauvegarder à jamais les photos reçues, censées disparaître après consultation.

Depuis, Snapchat fait la guerre aux applications non officielles et aux internautes qui les utilisent, avec d'ailleurs une particulière mauvaise foi. Il accuse en effet ses utilisateurs d'être seuls responsables des fuites par leur utilisation d'applications non autorisées, alors que les coupables ne sont pas ceux qui utilisent ces applis pour envoyer des photos, mais ceux qui les utilisent en fraude pour les recevoir.

Snapchat a donc menacé les utilisateurs de les bannir s'ils utilisent des applications officieuses, mais semble toutefois incapable jusqu'à présent de sécuriser son protocole pour éviter qu'un client non autorisé puisse recevoir et déchiffrer des messages.

L'éditeur semble toutefois travailler sur une API pour les développeurs qui souhaitent s'interfacer avec Snapchat, ce qui sera peut-être l'occasion de mieux verrouiller les accès.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés