L'Estonie va créer d'ici la fin de l'année un statut d'e-résident permettant en particulier aux étrangers de passage d'avoir des facilités d'accès aux services numériques du pays. Le gouvernement considère que ce projet favorisera l'entrée des investissements étrangers.

L'Estonie est l'un des pays les plus en pointe sur le numérique. L'apprentissage de la programmation est proposé dès l'école primaire et un quart de la population se sert d'Internet pour voter lors des élections. C'est l'un des pays les plus connectés en Europe et, selon l'OCDE, l'un des plus mobilisés sur la fibre optique en comparaison de ses voisins. L'accès au réseau est même devenu un droit.

Cette avance dans le numérique n'offre évidemment pas que des avantages. Le pays est ainsi potentiellement plus vulnérable que d'autres en cas d'attaque informatique. L'Estonie a d'ailleurs eu un aperçu des dangers qui pèsent sur ses épaules en 2007, lorsque plusieurs cyberattaques ont touché le parlement, les banques, les ministères et les médias. Mais malgré ce péril, le petit État balte va de l'avant.

Des résidents numériques en Estonie… et ailleurs

L'Estonie va bientôt créer le statut de "résident numérique" (ou "e-résident") qui doit permettre à ses nationaux mais aussi aux étrangers de bénéficier d'une identité numérique, afin de garder un lien avec le pays même s'ils quittent le territoire pour une raison ou pour une autre. C statut n'est pas créé par hasard. Il est considéré comme un atout économique par les autorités.

"Il est maintenant temps que l'État fasse un nouveau saut, car au sein de l'État physique en a grandi un deuxième, celui du numérique", expliquait l'an dernier Mari Pelak, conseillère de l'académie du e-gouvernement, citée par Vox Europ. "Faisons en sorte qu’ils restent liés à l’Estonie. Nous augmenterons ainsi la probabilité qu’ils reviennent un jour, ne serait-ce que pour un certain temps".

Accès à des services numériques et signature

Comment fonctionne ce principe d'e-résidence ?

Selon le site mis en place par le gouvernement, l'e-résidence est attribuée à une personne qui a reçu une identité numérique de la part de l'État. Celle-ci ne donne pas droit à la citoyenneté estonienne et ne constitue pas un droit d'entrée dans le pays. En revanche, elle donne un "accès sécurisé aux services numériques de l'Estonie et l'occasion de signer numériquement dans un environnement électronique".

La carte qui sera distribuée aux e-résidents ne sera pas une carte nationale d'identité ni un document de voyage officiel, dans la mesure où elle ne contiendra pas de photo. En revanche, elle aura une carte électronique avec des certificats de sécurité qui doit lui permettre d'être utilisée sur un ordinateur, via un lecteur spécial raccordé par USB et un logiciel à installer.

Favoriser les investissements étrangers en Estonie

L'objectif avec ce projet est avant tout économique. "Cela inciterait à investir en Estonie et augmenterait la confiance dans toutes les procédures liées aux affaires. A plus long terme, cela signifierait pour l’Estonie un vrai gain financier, car les étrangers seront plus nombreux à venir s’ils voient que les procédures sont facilitées grâce aux e-services", expliquait encore Mari Pelak.

Car le potentiel de l'e-résidence, qui doit prendre vie d'ici la fin de l'année, est élevé. D'ici 2025, il pourrait y avoir 10 millions d'individus connectés à l'Estonie via l'identité numérique. Ce qui est considérable pour un État peuplé d'à peine 1,3 million d'habitants. Et un atout pour un pays complètement tourné vers le numérique.

( photo )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés