PayPal passe à l'offensive contre Apple Pay, la solution de paiement dévoilée la semaine dernière par la firme de Cupertino. La filiale d'eBay a acheté une page de publicité dans le New York Times et questionné la sécurité d'Apple Pay en rappelant l'incident survenu récemment avec les photos privées de stars hébergées sur iCloud.

PayPal passe à l'offensive contre Apple Pay. Une semaine après la conférence de presse du groupe américain, le service de paiement en ligne vient de contre-attaquer dans les médias en s'offrant une page entière de publicité dans le New York Times. Objectif de la filiale d'eBay ? Mettre en doute la sécurité et la fiabilité d'Apple Pay en rappelant le piratage de comptes de célébrités sur iCloud.

La publicité de PayPal s'ouvre sur les premiers mots du préambule de la Constitution des États-Unis. "Nous, le peuple, voulons que notre argent soit mieux en sécurité que nos selfies". La référence est évidente pour celui qui a suivi l'actualité récente de la firme de Cupertino. Celle-ci a été confrontée au piratage de plusieurs comptes appartenant à des célébrités sur lesquels ont été dérobées des photos privées.

Apple a pourtant insisté sur la sécurité d'Apple Pay lors de la keynote. Cette solution de paiement, qui propose en fait de réunir ses cartes bancaires dans son iPhone, nécessitera la signature numérique du propriétaire via Touch ID, le lecteur d'empreintes digitales de l'iPhone. En outre, Apple promet ne rien savoir de la nature des achats de ses clients, du montant déboursé ou du lieu de transaction.

Sur la page dédiée à l'Apple Pay, Apple ajoute que les informations bancaires de chaque client sont stockées et chiffrées localement sur une puce dédiée dans l'iPhone. Ces coordonnées ne sont pas transmises aux commerçants ni ne sont hébergées sur les serveurs du groupe américain. À la place, Apple Pay génère un numéro d'identifiant unique (Device Account Number) qui est utilisé lors des paiements.

L'attaque de PayPal contre Apple Pay, que certains jugeront peut-être sournoise, révèle la préoccupation de la filiale d'eBay face aux ambitions d'Apple dans le secteur du paiement en ligne. Si l'intermédiaire dispose d'une solide réputation et compte des millions d'utilisateurs dans le monde, rien n'indique qu'elle résistera longtemps au rouleau-compresseur de la firme de Cupertino.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés