Mozilla a intégré dans sa version de test ("nightly") les premières publicités qui seront proposées aux internautes dans la version publique.

En début d'année, Mozilla avait annoncé sa volonté d'intégrer des publicités dans Firefox, en commençant par une forme extrêmement discrète. L'idée était en effet de mettre aux enchères une partie des liens proposés en raccourcis à l'ouverture d'un nouvel onglet, lors des premiers lancements de Firefox, après une nouvelle installation. En dehors de ces nouveaux onglets, aucune publicité n'était insérée dans le navigateur ou dans les pages web visitées.

Mais malgré les très grandes précautions prises par l'éditeur du navigateur libre, et les explications supplémentaires fournies par Mozilla, l'annonce a été très mal reçue par les utilisateurs, dont une partie considère que la publicité est incompatible avec les valeurs du logiciel libre et de la communauté Mozilla.

Vendredi, Mozilla a donc trouvé nécessaire de réexpliquer sa démarche, pour la défendre. "Beaucoup dans notre communauté ont trouvé que le message était difficile à déchiffrer et se sont inquiétés que nous transformions Firefox en un bazar de logos vendus au plus grand enchérisseur, sans contrôle par l'utilisateur, sans bénéfice pour l'utilisateur", résume Johnatan Nighingale, vice-président de Firefox.

"Ca ne va pas se produire. Ce n'est pas ce que nous sommes chez Mozlla", promet-il. "Mais nous allons expérimenter".

Réduire la dépendance à Google

Mozilla indique donc qu'au cours des prochaines semaines, les versions de test de Firefox intégreront différentes moutures de ce nouvel onglet sponsorisé, au départ uniquement avec des sites de Mozilla et une sélection de sites, sans rémunérations. Cette phase de tests servira à "comprendre ce que nos utilisateurs trouvent utile et ce que les utilisateurs ignorent ou désactivent", en recueillant des informations sur les liens et emplacements qui génèrent le plus de clics. Viendra ensuite une étape commerciale, "lorsque nous seront confiants dans notre capacité à apporter de la valeur aux utilisateurs".

Johnatan Nighingale précise que rien ne sera déployé dans la version publique de Firefox avant qu'un premier bilan de l'expérimentation ne soit publié. Aucune date n'est donc annoncée.

Selon nos constatations, la dernière "nightly" de Firefox intègre déjà des liens dont les emplacements seront ceux qui pourront être commercialisés par Mozilla. Malgré l'assurance faite par Mozilla qu'il n'y a pour le moment aucun lien sponsorisé, le lien vers Amazon utilise une balise qui permet à Mozilla de recevoir des commissions lors des achats effectués, de même que le lien vers Trulia, un service d'annonces immobilières américain :

Le mieux pour Mozilla pour faire accepter la publicité serait sans doute d'expliquer clairement à quel point la fondation dépend financièrement de Google, qui paye pour être le moteur de recherche par défaut de Firefox (ce qui est une forme peu visible mais très efficace de publicité). Depuis plusieurs années, l'éditeur tente de varier ses sources de revenus, avec une très grande difficulté. En 2010, 84 % des revenus de Mozilla provenaient de l'accord avec Google. En 2012, c'est 90 % des revenus qui étaient versés par Google. Les chiffres plus récents ne sont pas encore disponibles.

C'est aussi pour assainir sa situation que Mozilla lance Firefox OS avec un Firefox Marketplace qui pourrait lui fournir de nouvelles sources de revenus lorsqu'il permettra aux développeurs d'y référencer des applications payantes. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés