Le mois dernier, La Fédération Internationale de l'Industrie Phonographique (IFPI) célébrait un coup de filet en Allemagne contre 3.500 pirates présumés. Moins d'un mois après, le traffic P2P continue d'augmenter outre-Rhin.

C’était une action géante, du jamais vu. 130 perquisitions la même journée du 23 mai 2006. L’IFPI avait surveillé pendant deux mois l’activité d’un serveur eDonkey pour en retirer 40.000 adresses IP dont 3.500 appartenaient à des internautes allemands aujourd’hui passibles de poursuites pénales et civiles. L’opération a eu son moment de gloire et de réussite. Juste après le coup de filet, le traffic des réseaux P2P a chuté de 15 % en Allemagne, note la société Ipoque basée à Leipzig. Spécialisée dans la gestion de la bande passante, Ipoque a eu accès au détail du traffic d’un échantillon de 250.000 connexions allemandes pour établir ses analyses.

La conclusion est sévère. Moins de trois semaines après la baisse des 15 %, le P2P en Allemagne repartait de plus belle. Ipoque ne croit pas que le traffic peut à nouveau baisser. Le peer-to-peer représente 50 % de la bande passante pendant la journée, et jusqu’à 80 % la nuit. Les réseau eDonkey/eMule (50 %) et BitTorrent (45 %) se partagent la part du lion, tandis que Gnutella est à la peine avec seulement 2,5 % d’utilisateurs en Allemagne. Montré du doigt par une industrie du disque qui célèbre sa condamnation en Justice, Kazaa n’apparaît même plus sur les radars.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés