Concurrencé par l'offre de Bouygues Telecom, Numericable tente le tout pour le tout en fixant une échéance à sa proposition. Vivendi a jusqu'au vendredi 14 mars pour prendre sa décision. Au-delà, Numericable se retirera vraisemblablement de la course.

Qui de Bouygues Telecom ou de Numericable croquera SFR ? La semaine dernière, Bouygues a déposé une offre de rachat afin de prendre le contrôle de son rival, actuellement filiale de Vivendi. La proposition de l'opérateur, confirmée mercredi, vient ainsi en concurrence de celle déposée par Numericable, qui promet en particulier de ne procéder à aucun licenciement si la fusion a lieu.

Initialement bien parti pour remporter la mise, Numericable n'est plus tout à fait sûr d'arriver à ses fins puisque le forcing de Bouygues est manifestement en train de porter ses fruits. Selon le Journal du Dimanche, Martin Bouygues aurait même rendu visite à François Hollande et aux ministres Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin pour plaider sa cause et défendre la viabilité d'une acquisition de SFR par Bouygues.

Signe de la vive tension autour de ce dossier, Numericable a publié ce mardi matin un communiqué de presse (.pdf) dans lequel le câblo-opérateur tente le tout pour le tout. L'entreprise annonce que sa proposition "est valide jusqu'au vendredi 14 mars". Au-delà de cette échéance, l'offre sera vraisemblablement retirée et le champ sera laissé libre à Bouygues Telecom.

En fixant un tel ultimatum, Numericable cherche de toute évidence à presser Vivendi de prendre une décision dans des délais très brefs.

L'opérateur en a profité pour vanter encore une fois son dossier, le décrivant comme "le projet industriel le plus solide et le plus crédible pour le secteur des télécoms en France", apte à "sécuriser l'emploi et l’investissement dans les deux entités et chez les sous-traitants de toute la filière", favorable pour le développement du très haut débit et "plus avantageux" pour toutes les parties (salariés, clients, marché).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés