Suite au refus du Conseil d'État de suspendre la décision de la CNIL, le moteur de recherche a finalement mis à jour sa page d'accueil pour informer les internautes de ses "manquements à la loi 'informatiques et libertés'".

Google s'est donc plié à la décision de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL). Cette nuit, le moteur de recherche américain a édité sa page d'accueil afin d'afficher sa condamnation. Cet encart sera visible par les internautes pendant 48 heures.

Le communiqué publié sur Google France est le suivant : "la formation restreinte de la Commission nationale de l'informatique et des libertés a condamné la société Google à 150 000 euros d'amende pour manquements à la loi « informatique et libertés »". Un lien menant vers la CNIL vient compléter l'annonce.

En parallèle de cet affichage, qui a été décidé "par l'ampleur des données collectées ainsi que par la nécessité d'informer les personnes concernées, qui ne sont pas en mesure d'exercer leurs droits", la firme de Mountain View paiera une amende de 150 000 euros. Si le montant est dérisoire au regard des moyens de l'entreprise, il s'agit néanmoins de la sanction maximale que peut prononcer l'autorité.

Rappelons qu'à l'issue du verdict de la CNIL, Google a tenté d'obtenir sa suspension en déposant un recours devant le Conseil d'État, essentiellement pour éviter de devoir afficher deux jours durant un message adressé aux internautes français leur indiquant que l'entreprise américaine ne respecte pas leur vie privée et la protection de leurs données personnelles. Sans succès.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés