La Commission Fédérale du Commerce (FTC) des Etats-Unis a réglé à l'amiable une plainte qu'elle avait déposée à l'encontre de MP3DownloadCity. Le site était accusé de tromper les internautes en proposant des abonnements payants pour utiliser des logiciels de P2P de façon "100% légale".

« J’ai pris un abonnement sur eMule pour télécharger des musiques, je n’arrive pas à trouver le site sur lequel je peux le faire« . C’est un message que nous avons reçu la semaine dernière, et ça n’est pas le premier du genre. Plusieurs sites sur Internet proposent aux internautes peu informés de payer un soit-disant abonnement qui doit leur ouvrir les portes des réseaux et leur permettre d’acquérir de la musique, des films et des jeux-vidéo. Puisque l’industrie culturelle a sermonné que ce qui est gratuit est illégal, et qu’il vaut mieux se diriger vers les offres payantes, ces internautes bernés croient que sortir la carte bleue est un acte de bon père de famille… alors qu’ils alimentent ici les caisses de vils escrocs.

Aux Etats-Unis, un expert de la tromperie était le site MP3DownloadCity.com. Officiellement celui-ci ne vendait aucun logiciel mais uniquement un guide de téléchargement sur des réseaux P2P et le droit de faire partie d’un club garantissant une utilisation « 100 % légale », le tout pour 24,95 $. La Commission Fédérale du Commerce (FTC) s’en est émue et a déposé plainte en octobre 2005. L’affaire s’est finalement résolue à l’amiable. MP3DownloadCity accepte de rembourser plus de 15.000 $ à 611 utilisateurs qui avaient souscrit à l’offre trompeuse, et d’informer les utilisateurs que sa publicité « 100 % légal » était fausse. En outre, le prestataire doit informer les internautes que « utiliser des programmes de P2P pour télécharger de la musique, des films, des jeux et d’autres contenus protégés par le droit d’auteur sans licence de la part du titulaire de droits peut vous soumettre à des plaintes, amendes et mêmes procédures criminelles« .

MP3DownloadCity.com est désormais relayé vers FindAnyMusic.com, mais l’ordre est respecté. Notons également que la FTC a publié pour l’occasion des conseils à l’égard de l’utilisation des logiciels de partage de fichiers. Sans déconseiller formellement l’usage de logiciels de P2P, la Commission met l’accent sur les risques liés au partage des fichiers, aussi bien juridiques que personnels à travers le partage inconscient de fichiers privés (relevés de banque, CV, etc.).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés