Depuis les révélations sur PRISM, les projets en faveur de la vie privée des internautes se multiplient. C'est le cas de HTTP Nowhere, une extension pour Firefox qui propose de n'accepter que le trafic HTTPS (chiffré) et de refuser le trafic HTTP (non chiffré). Ce module fonctionne en particulier avec HTTPS Everywhere, qui active la connexion chiffrée des sites lorsqu'elle est disponible.

Dans la foulée des publications relatives à PRISM et aux divers programmes d'espionnage occidentaux, obtenues avec la révolte de l'ancien analyste de la NSA Edward Snowden, plusieurs initiatives sont apparues avec l'ambition de limiter voire empêcher la surveillance électronique réalisée par les agences de renseignement au nom de la lutte contre le terrorisme.

En la matière, l'un des projets les plus instructifs s'appelle PRISM Break. Le site propose en effet un tableau dans lequel il suggère des alternatives libres et gratuites à des logiciels propriétaires. D'autres projets ont par ailleurs été annoncés – ou relancés – après les révélations de cet été : Caliop, Heml.is, la messagerie Mega ou encore BitTorrent Chat, pour n'en citer que quelques-uns.

Et pour les internautes encore plus méfiants, sachez qu'il existe une extension pour Firefox baptisée HTTP Nowhere. Comme son nom le laisse entendre, ce module consiste à bloquer la totalité du trafic HTTP (non chiffré) pour ne laisser passer que le HTTPS (chiffré). Autrement dit, HTTP Nowhere n'autorise une connexion qu'avec les sites web proposant un accès en HTTPS (bien que le tout chiffrement n'offre pas que des avantages).

L'extension HTTP Nowhere est particulièrement intéressante lorsqu'elle est combinée avec un autre module, HTTPS Everywhere. Celui-ci, vous l'aurez deviné, consiste à activer lorsqu'elle est disponible la connexion HTTPS des sites web. Développé par l'Electronic Frontier Foundation (EFF) et des membres du projet TOR, le logiciel est disponible sur Firefox et Google Chrome et fonctionne avec beaucoup de sites web.

Selon le concepteur du module, HTTP Nowhere fonctionne également avec le projet TOR, qui vise à faire passer les communications d'un internaute à travers différents nœuds du réseau pour renforcer son anonymat. Le développeur précise cependant que l'usager a la possibilité d'ajouter dans une liste blanche des accès en HTTP afin d'y accéder même si aucune connexion en HTTPS n'est disponible.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés