Et s'il suffisait de se balader au musée pour imprimer chez soi les sculptures que l'on trouve les plus intéressantes ? C'est désormais possible avec un simple appareil photo ou même, des Google Glass. Sans oublier, bien sûr, une imprimante 3D.

Lorsque l'on parle d'imprimantes 3D, les réactions sont souvent contrastées. Beaucoup trouvent intéressante l'idée de pouvoir produire chez eux n'importe quel objet en plastique (en attendant que d'autres matériaux se démocratisent), mais se demandent aussi ce qu'ils en feront. Ils craignent en particulier de ne pas savoir modéliser un objet qu'ils veulent reproduire. Mais les innovations en la matière ne cessent de progresser, et c'est bien parce que ces obstacles n'en sont pas que Microsoft facilite l'impression 3D dans Windows 8.1.

Si vous ne savez pas modéliser d'objets 3D, il existe déjà de très nombreux modèles 3D partagés par des designers en herbe du monde entier, sur des sites comme Thingiverse,GrabCAD, 3DVia, GitHub ou même The Pirate Bay, qui propose ses physibles. Que ce soit des pièces de rechange, des gadgets, des jouets ou des objets d'art, il existe d'ores et déjà des dizaines de milliers de fichiers .STL standards, prêts à imprimer, partagés gratuitement par la communauté.

Il existe d'autres méthodes, toujours plus simples, pour cloner un objet que l'on ne trouve pas sur ces services. Nous avions déjà parlé de logiciels comme Skanect ou ReconstructMe, qui permettent d'utiliser Kinect pour recréer un modèle 3D simplement en présentant un objet devant la caméra :

Mais les choses pourraient être plus simples encore avec les Google Glass, et autres paires de lunettes connectées que prévoient plusieurs constructeurs. L'ingénieur Todd Blatt a ainsi fait l'expérience en se rendant au musée d'art Walters de Baltimore. Il s'est baladé autour des sculptures de l'exposition, et pris des photos à partir de ses lunettes.

Dès lors, en utilisant le logiciel Autodesk 123D Catch qui réalise de la 3D à partir d'une collection de photos 2D, Todd Blatt a pu automatiquement recomposer la tête du sénateur Marc Aurèle, présentée au musée. Il lui a suffi de nettoyer le modèle avec le logiciel gratuit MeshMixer, et de lancer l'impression (le modèle est bien sûr partagé sur Thingiverse).

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos