La BNF annonce que Gallica, la bibliothèque numérique de l'institution nationale, a reçu 11 millions de visites en 2012, soit une augmentation de 15 %.

La Bibliothèque Nationale de France (BNF) annonce que sa bibliothèque numérique Gallica a gagné 15 % de fréquentation supplémentaire en 2012, avec 11 millions de visites. Un chiffre qui reste extrêmement modeste au regard des investissements et de l'importance que devrait avoir le site internet, mais qui devrait encourager la BNF à poursuivre ses efforts de numérisation et de mise à disposition des oeuvres sur Gallica.

A titre de comparaison, les lieux publics de la Bibliothèque Nationale de France (Bibliothèque François Mitterrand, Richelieu, Louvois, Arsenal et Opera) avaient reçu 945 000 visites en 2010.

"Ce succès s’explique par l’enrichissement constant de Gallica en nouveaux documents qui sont désormais 2 millions en libre accès, 20 fois plus qu’il y a cinq ans", explique la BNF, qui se réjouit aussi du succès de son application pour iPad et Android. La première aurait été téléchargée "plus de 50 000 fois".

En 2010, l'institution avait signé un accord avec Microsoft pour rendre Gallica plus visible sur Bing, mais le moteur de recherche est écrasé par le quasi monopole de Google. Lequel n'a jamais réussi à signer d'accord de numérisation avec la BNF, qui lui préfère d'autres partenaires avec par exemple un contrat signé avec Jouve-Safig-Diadéis pour numériser 210 000 ouvrages supplémentaires d'ici 2014.

Gallica propose non seulement des livres numérisés, avec y compris des manuscrits d'une grande valeur historique, mais aussi des cartes, des photographies, des articles de presse ou encore des partitions de musique. 

Les conditions d'utilisation du site concède que "les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public", donc qui ne sont plus protégées par le droit d'auteur. Néanmoins, la BNF estime que ces contenus, simplement parce qu'ils ont été numérisés sous son contrôle, "sont la propriété de la BNF". Elle exige le paiement d'une licence d'exploitation pour toute réutilisation commerciale.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés