Le Bouclier est la plus importante association francophone de lutte contre la pédophilie. Très active sur Internet, elle vient de dévoiler les résultats d'un test pour le moins inquiétant sur l'état de la pédophilie dans nos réseaux peer to peer. De quoi relancer de nombreux débats.

Le test consistait à laisser en partage pendant vingt minutes des fichiers aux noms tout autant explicites qu’ignobles (8yo_rape.jpg, kid_porn.jpg, preteen_rape.jpg, etc.). Tous n’étant en réalité que des bannières de promotion pour la campagne de prévention du Bouclier.
Et voici les résultats du test effectué sur deux logiciels :

« LOGICIEL n°1 – Le test a été effectué de 21:30 heure française à 21:50. Au bout de 4:25 il y a eu un premier téléchargement et en 15:35 minutes il y en a eu 18, en provenance des Etats-Unis (12) et du Canada (6). Sur les 18 connexions, 16 provenaient d’universités et 2 de particuliers. Aucun des répertoires partagés qui ont été examinés ne comportait de document portant un titre laissant supposer un contenu pédophile.

LOGICIEL n°2- Le test effectué de 22:00 à 22:20 : au bout de 1:05 il y a eu un premier téléchargement et en 18:55 il y en a eu 32, en provenance des Etats Unis (20) du Canada (2) d’Italie (3), du Portugal (1) d’Allemagne (2), de Suisse (4). »

Nous avons nous-mêmes fait le test sous eDonkey, en maquillant un fichier avec le nom « new_excellent_kid_porn ! ! !.avi ». En moins de 10 minutes, quatre personnes étaient déjà entrain de le télécharger. Et dans leurs fichiers en partage, rien non plus ne montrait qu’ils étaient susceptibles de posséder de telles ignominies, et un seul partageait un fichier de pornographie « traditionnelle ».

Faut-il en déduire que les amateurs de viols d’enfants sont bien plus nombreux que ce que l’on peut l’imaginer ? A la vue de ces résultats, le doute n’en est plus vraiment un…

Que faut-il penser alors des projets de peer to peer anonymes qui rendraient encore et toujours ces échanges plus faciles et plus nombreux ? Bien sûr, beaucoup répondront que la pédophilie n’est pas née avec le peer to peer et qu’elle ne disparaîtra pas avec lui. Certes. Mais combien sont ceux qui n’étant pas par nature pédophiles ont finalement « profité » de l’extrême facilité de téléchargement de ces choses pour y jeter un oeil malsain à leur tour ?

Les questions sont simples, mais les réponses ne le sont pas. Entre liberté des individus et protection des règles morales les plus élémentaires, que faut-il choisir ? Nous vous invitons à en parler sur notre forum ; l’inscription ne prend qu’une petite minute.

Site officiel du Bouclier : www.bouclier.org

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés