Selon Foxconn, qui parle d'un simple "incident", les émeutes qui l'ont contraint ces dernières heures à fermer l'une de ses usines seraient sans lien avec le travail. Mais la révolte, qui a impliqué environ 2 000 ouvriers, aurait été causée par l'attitude d'un agent de sécurité, dont les actions ont été plusieurs fois dénoncées par les ONG.

Alors que Foxconn a multiplié ces derniers mois les initiatives pour redorer son image auprès des occidentaux, ce qui a été salué dans un récent rapport commandé par Apple (qui vaut ce qu'il vaut en terme d'indépendance), le manufacturier chinois se retrouve à nouveau dans l'oeil du cyclone. Le prestataire, qui fabrique de nombreux appareils électroniques conçus par des entreprises américaines ou asiatiques, a reconnu qu'un "incident" avait eu lieu à son usine de Taiyuan, impliquant environ 2 000 ouvriers.

Officiellement, c'est une rixe impliquant quelques employés qui aurait dégénéré, dans un dortoir privé situé à proximité des usines de montage, dans la province de Shanxi. Une quarantaine de personnes ont été transportées à l'hôpital après que la police est intervenue pour mettre fin à la bagarre. Alors que des rumeurs faisaient état d'une dizaine de morts, Foxconn a affirmé ne compter aucun décès parmi les protagonistes.

"La cause de cette dispute fait toujours l'objet d'une enquête par les autorités locales et nous travaillons étroitement avec elles dans ce processus, mais ça ne semble pas lié au travail", a tenu à rassurer Foxconn dans un communiqué transmis à The Next Web. Mais il paraît osé de prétendre qu'une bagarre impliquant 2.000 ouvriers, qu'il faut donc nommer une "émeute", soit absolument sans lien avec le travail ou les conditions de travail dans les usines de Foxconn.

Il semble, selon les récits disponibles ci et là, que la rixe a commencé après qu'un agent de sécurité a frappé un ouvrier. Or l'oppression exercée par les gardes sur les ouvriers fait partie des faits régulièrement dénoncés dans les rapports impliquant les usines chinoises – et pas seulement Foxconn comme l'a rappelé un récent rapport impliquant Samsung. Un nouveau rapport (.pdf) de 122 pages dévoilé ce mois-ci par China Labor Watch, qui parlait des usines employées par l'entreprise coréenne, racontait notamment que "des agents de sécurité et certains managers sur le lieu de travail sont brusques, et ils tabassent même parfois les ouvriers", par exemple lorsqu'ils "ne font pas la queue ou désobéissent aux règles". "Les gardes sont cruels", osait même le rapport de l'ONG, qui dénonce les palpations dégradantes opérées par les vigiles.

L'usine de Foxconn de Taiyuan, qui emploie au total 79.000 ouvriers, serait employée par Apple pour fabriquer le dos des iPhone 5. Suite à l'émeute, Foxconn a décidé de fermer l'usine, sans que les conséquences industrielles soient encore connues.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos