Alors que la trentième Olympiade de l'ère moderne démarre après-demain, Eurotunnel a annoncé la disponibilité des réseaux 2G et 3G dans le tunnel sous la Manche. Plus exactement, c'est le tunnel sud (sens France => Angleterre) qui est désormais couvert par les opérateurs français. Le raccordement du tunnel nord, qui sera effectué par les opérateurs britanniques, aura lieu après les Jeux.

À deux jours de l'ouverture des Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres, la société Eurotunnel vient d'annoncer (.pdf) la mise en route, comme prévu, d'un système de retransmission optique qui acheminera les appels téléphoniques et la navigation sur l'Internet mobile pendant la durée du trajet sous la Manche. Les voyageurs pourront ainsi accéder aux réseaux 2G et 3G.

Pour couvrir le tunnel sous la Manche, long de 52 kilomètres et s'enfonçant jusqu'à 107 mètres sous le niveau de la mer, le dispositif a nécessité l'implication des trois principaux opérateurs mobiles (Orange, SFR et Bouygues Télécom) et de l'équipementier Alcatel-Lucent. Free Mobile rejoindra le dispositif ultérieurement, en 2017. En attendant, les communications transiteront par Orange.

Le tunnel sous la Manche est composé d'un double tunnel ferroviaire et un d'un troisième tunnel de service. Au moment des Jeux olympiques, seul le passage sud (sens France => Royaume-Uni), couvert par les opérateurs français, permettra d'acheminer les télécommunications. L'axe nord (sens inverse) sera couvert après la compétition, cette fois par les opérateurs britanniques.

Sur le plan technique, le raccordement du tunnel sous la Manche a nécessité le déploiement d'un "câble de diffusion du signal radio permettant la diffusion des ondes et des répéteurs optiques installés tous les 750 mètres". Au total, pour la partie française, le coût des travaux est estimé à 14 millions d'euros.

( photo : Robin Schroder – CC BY-NC-ND )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés