Eurotunnel, Alcatel-Lucent et les quatre opérateurs de téléphonie français prévoient d'amener les réseaux 2G / 3G dans le tunnel sous la Manche pour les Jeux olympiques d'été de Londres. La mise à niveau des infrastructures nécessitera 14 millions d'euros. Free Mobile rejoindra le dispositif tardivement, en 2017.

Eurotunnel a livré ce mardi dans un communiqué de presse (.pdf) des précisions complémentaires sur l’accord conclu entre le groupe franco-britannique, les quatre opérateurs mobiles français (Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free Mobile) et l’équipementier français Alcatel-Lucent pour permettre aux voyageurs traversant le tunnel sous la Manche d’accéder aux réseaux 2G et 3G.

« C’est parce qu’Eurotunnel installe actuellement les dernières solutions GSM-R en matière de signalisation ferroviaire que le passage à la téléphonie mobile est rendu possible. […] Les opérateurs français assureront une prolongation de leur couverture 2G / 3G dans le tunnel ferroviaire Sud (sens France / Grande-Bretagne) grâce à un câble de diffusion et des répéteurs optiques tous les 750 mètres« .

L’objectif annoncé est de connecter le tunnel sous la Manche au réseau mobile juste avant les Jeux olympiques d’été, qui se dérouleront en juillet à Londres. Cependant, il est précisé que seuls Orange, SFR et Bouygues Télécom pourront tenir de tels délais. Free Mobile ne rejoindra le dispositif que cinq ans plus tard, en 2017, du fait de son arrivée très récente sur le marché.

On peut néanmoins supposer que les clients Free Mobile se rendant aux Jeux olympiques par le tunnel sous la Manche pourront quand même téléphoner et surfer sur le net grâce à l’accord d’itinérance conclu avec Orange l’an dernier et qui permet d’acheminer les communications du nouveau venu là où il ne dispose pas de ses propres installations.

Le coût total de cet investissement est estimé à 14 millions d’euros.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés