C'est une initiative étonnante. Des Japonais se réclamant du collectif Anonymous ont lancé une opération de nettoyage des rues de Tokyo... pour protester contre une nouvelle loi anti-piratage votée au parlement japonais. L'opération a rassemblé une cinquantaine de participants, tous équipés d'un masque de Guy Fawkes.

Collectif informel et anarchique, Anonymous est célèbre pour ses actions menées sur Internet au nom du droit à la liberté d’expression. Mais le groupe ne se limite pas aux opérations en ligne. Des membres se réclamant de cette communauté n'ont pas hésité à manifester dans la rue pour dénoncer la Scientologie, soutenir le mouvement Occupy Wall Street, critiquer ACTA ou taguer la façade de l'immeuble de la Hadopi.

Si l'engagement des Anonymous en faveur de la liberté d'expression est approuvé par tous, certains modes opératoires employés par le mouvement pour se faire entendre sont toutefois controversés. C'est le cas des attaques informatiques, qui, lorsqu'elles sont employées sur les mauvaises cibles, sont contreproductives et font du tort à l'image du mouvement.

Mais Anonymous peut aussi faire émerger des initiatives très positives. Le site américain The Verge signale que des Japonais se revendiquant du collectif ont décidé de s'attaquer… à la saleté des rues de Tokyo. L'opération, baptisée OpJapan, consiste à débarrasser les quartiers de la ville des déchets. Une cinquantaine de personnes y ont participé.

Interrogé sur les motivations d'une telle opération, l'un d'entre eux a expliqué qu'il s'agit de contester la manière dont le gouvernement gère la lutte contre le piratage sur Internet. S'il reconnaît que la défense du droit d'auteur est nécessaire, l'Anonymous japonais explique que cela ne doit pas se faire au détriment de la liberté d'information et du respect de la vie privée.

Cette opération n'est pas arrivée par hasard. Fin juin, la Diète japonaise a adopté une loi qui renforce la législation anti-piratage. De nouvelles sanctions (20 000 euros d'amende et deux ans de prison) sont désormais prévues pour punir ceux qui téléchargent sans autorisation des oeuvres protégées sur Internet. Ce vote avait entraîné peu après des attaques DDOS contre certains sites institutionnels nippons.

( photo : The Verge )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés