La radio numérique terrestre se remet en marche. Le CSA a publié jeudi une série d'appels à candidatures portant sur vingt agglomérations. À l'issue de cette procédure, qui s'achèvera en avril 2013, deux tiers des métropolitains seront couverts par la radio numérique terrestre.

La radio numérique terrestre est de nouveau sur les rails. Dans un communiqué mis en ligne jeudi, le Conseil supérieur de l’audiovisuel annonce le lancement d’une série d’appels à candidatures qui concerneront vingt agglomérations en métropole, dont Strasbourg, Nantes, Lille, Bordeaux, Lyon ou encore Toulouse. Ces appels à candidatures seront échelonnés entre juin 2012 et avril 2013.

À l’issue de cette procédure, le CSA estime que plus des deux tiers des Français (68 %) pourront accéder à la radio numérique terrestre. Le déploiement complet de la radio numérique terrestre sur le territoire métropolitain devrait aboutir d’ici 2015. Pour le CSA, il s’agit de la démonstration qu’il « met ainsi en œuvre les moyens d’atteindre l’objectif qu’il s’est fixé […] d’assurer le succès de la RNT« .

Tous les acteurs du monde de la radio ne sont pas favorables à l’arrivée de la radio numérique terrestre. Si le Syndicat interprofessionnel des radios et télévisions (SIRTI), Radio France (France Info, France Inter…) et les radios associatives soutiennent la RNT, qui offre une meilleure qualité d’écoute et étend la couverture des opérateurs, les grands groupes privés y sont hostiles.

C’est le cas d’Europe 1, NRJ, RTL ou encore NextRadioTV. Regroupées au sein du Bureau de la radio, ces stations estiment que les « conditions d’un lancement réussi ne sont pas réunies » et que certains choix technologiques (norme T-DMB au lieu du DAB+) sont une erreur. Les opposants à la RNT estiment par ailleurs que le CSA s’est précipité sur ce dossier.

( photo : CSA )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés