Pour aider les utilisateurs ayant hébergé légalement des fichiers sur MegaUpload, l'EFF et le prestataire Carpathia Hosting ont lancé l'initiative MegaRetriaval. Le but est de collecter les témoignages des clients lésés par la fermeture brutale de MegaUpload par les autorités américaines... en vue d'un très probable recours collectif.

Le temps presse. Deux semaines après l’arrêt de MegaUpload, la question des données stockées légalement sur le service d’hébergement en un clic est toujours en suspend. Or, celles-ci ne resteront pas indéfiniment sur les serveurs loués par MegaUpload. Si la facture de l’hébergement n’est pas très vite réglée, les fichiers finiront par être détruits et les serveurs seront loués à d’autres entreprises.

Face à l’urgence de la situation, l’Electronic Frontier Foundation (EFF) vient de lancer une initiative baptisée MegaRetrieval en partenariat avec Carpathia Hosting. Ensemble, l’ONG et l’hébergeur souhaitent fournir une aide aux internautes qui utilisaient MegaUpload dans un cadre strictement légal, en collectant leurs témoignages et en agissant comme une caisse de résonance.

« L’EFF est déconcertée que tant d’utilisateurs légitimes de MegaUpload aient vu leurs contenus confisqués sans le moindre avertissement et sans la moindre mesure gouvernementale pour les aider » a déploré l’organisation sur MegaRetrieval. L’ONG ajoute qu’elle ne se contentera pas d’une simple manifestation d’humeur. Des actions en justice sont également prévues.

Sur le site MegaRetrieval, l »EFF propose ainsi une « aide juridique » afin d’aider les utilisateurs à retrouver leurs données. Il semble manifestement que l’EFF se dirige vers un recours collectif aux États-Unis. En tout cas, l’ONG collecte pour l’heure uniquement les informations transmises par les résidents américains. À l’étranger, des initiatives similaires voient également le jour.

L’initiative conduite par l’EFF et Carpathia Hosting suffira-t-elle à sauver les données de ces utilisateurs ? Rien n’est moins sûr. En tout cas, le temps presse. Mardi, l’avocat de la défense a obtenu une faveur des hébergeurs Caparthia Hosting et Cogent Communications. Alors que la suppression des fichiers hébergés sur les serveurs loués par MegaUpload devait débuter jeudi, un répit a été accordé .

Les deux prestataires ont finalement accepté de décaler de deux semaines la suppression des fichiers, afin de permettre à toutes les parties de trouver une solution pour les données hébergées légalement. Ce répit suffira-t-il pour résoudre cet épineux problème ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés